Le rien n'est pas arrivé là par hasard, il a forcément été créé. Vous connaissez-tous le proverbe: On n'a rien sans rien. Supposons que Dieu était là depuis toujours


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

LE COUVERCLE, LA VAPEUR ET LA RETENUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

DANS UN RÉCIPIENT, ILS SE TROUVENT DES INGRÉDIENTS SUR LESQUELLES
SE BASENT LES THÉORIES D'UNE NOUVELLE RECETTE CONNU DU PUBLIC ET QUI IGNORE LES ORIGINES DU CUISINIER. LA DEMEURE DU CHEF EST TELLE QUE LA CERTITUDE DU ROUGE SE TRANSFORME EN VERT, LE JAUNE QUI EST LA VARIANTE DU POIVRON. LA VIANDE N'EST PLUS EN ODEUR ET LA VAPEUR REMPLACE LE MURMURE DES BULLES BRÛLANTES. ÉBULLITION SANS ACCENT DEVIENT ALORS LA MARMITE DANS LE CONTEXTE DE LA VAPEUR SUR LE CONTACT DU GEL... LA POLITIQUE DEVRAIT ÊTRE COMME L'EAU ET LE JUGE DE LA RÉPUBLIQUE COMME LE CUISINIER S'ÉMERVEILLANT DEVANT L'INFINI DE POSSIBILITÉ QUE LUI DONNE LES INGRÉDIENTS ET LES USTENSILES. LE FOSSILE DEVIENT ALORS D'ACTUALITÉ ET LE JEUN DEVIENT RÉALITÉ DEVANT LE COMMÉRAGE DE LA BRUTALITÉ.

NE VOUS EN DÉPLAISE DANS CES COUTUMES DE RECETTES. LE CUISINIER EST DEVENU INTERNATIONAL ALORS QUE LE POLITIQUE MALGRÉ CES POUVOIRS D'ENCHANTEURS NE FRANCHIT JAMAIS L'ASPECT D'INFINI: LA BRUTALITÉ DE L'HOMME ET LA SOUMISSION DES FEMMES DEVANT LES RÈGLES DE SANG FONT QUE LE SECTEUR PRIMAIRE DE LA CONSCIENCE N'A TOUJOURS PAS RÉUSSI LE FRANCHISSEMENT DE L'IGNORANCE.

SANS ÊTRE DANS LA CAPACITÉ DE VOUS EMMENER DANS LE CAP D'UNE RÉELLE ÉMERGENCE SUR LA SITUATION, JE DÉCIDE DONC DE ME REPLIER SUR LA DÉCISION QUE JE NE SOUHAITE PLUS APPRENDRE DU DROIT POLITIQUE ET DU CONCEPT DE TEMPS SUR L'ÉVALUATION D'UNE PROGRAMMATION DE MORT BAISÉ SUR L'ÉVENTUALITÉ DU PRÉCAIRE ET DU COMMUNAUTAIRE. JE ME RETIRE DU CONCEPT MÊME DE L'IDÉE ÉTABLIE PAR LA MAJORITÉ SUR LA MINORITE... J'AI ENVIE DE DIRE ET DE PLUS M'ÉTEINDRE DEVANT LES CHIFFRES ET JE TROUVE PLUS DE PLAISIR POUR LES LETTRES ARITHMÉTIQUES DE LA BONNE FOI ET DE SA NAÏVETÉ.

POUR ÊTRE ERMITE, IL FAUT S'INCLURE DANS L'ASPECT DE LA SOCIÉTÉ ET DE SA GRANDEUR DE CONSCIENCE... NON... JE ME TROUVES DANS UN ASPECT DE CROYANCE QUI M'APPELLE AU FAIT DE DIRE: JE NE CROIS PLUS AU FAIT D'ÊTRE LE SYMBOLISME DE L'INTELLIGENCE. NOTRE DIALOGUE ÉLABORÉ SUR LA CAUSE ET LE SYMBOLISME DES RICHESSES DANS LE SAVOIR-FAIRE NOUS IMPOSE UN CENTRALISME QUI A DÉFIGURÉ L'ENSEMBLE DES GRANDES FIGURES DE L'EXPRESSION LIBRE.

LE POUVOIR EST UNE FIGURE ET LE SECOURISME EST UNE ESPÉRANCE AUQUEL NOUS VOUDRIONS LE GOUVERNAIL. IL EST DES ASPECTS DE PRUDENCE QUE NOUS OUBLIONS ET AUQUEL NOUS FERMONS LES YEUX ET LES OREILLES POUR CETTE INFINI JOUISSANCE DE L'ESPRIT QUI N'EST FINALEMENT SECONDAIRE. LE COEUR D'UNE FIGURE TRANSPERCE L'ASPECT MÊME DU DIALOGUE LORS QUE LA DISCORDE REINE SUR LE PARTAGE DES PÈLERINS ET DES DIVORCES SANS SE SOUCIER DE LA MISÈRE CAR IMPLIQUANT L'ASPECT MÊME QUE L'HOMME SANS CES DÉSORDRES NE POURRAIENT PLUS ÉTABLIR D'IMPÔTS SANS FAIRE MASSE SUR LA CONSCIENCE DE LA POPULATION.

AINSI EST LA SOCIÉTÉ HUMAINE AUTANT DANS LES MONARCHIES, LES RÉPUBLIQUES ET LES DICTATURES: HIROSHIMA N'EST PAS UN ACCIDENT PUISQUE IL Y A EU NAGASAKI.

ÉCRIT DE
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
OU CITOYEN TIGNARD YANIS


Ludwig van Beethoven - Symphony No. 5 | Gustavo Dudamel
https://www.youtube.com/watch?v=OGnBrabqdP4

Voir le profil de l'utilisateur
LES JUSTES DANS L'ARÈNE ET FRANÇOIS PREMIER DANS LES GUERRES D'ITALIE
OU LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE EN 2017


DANS LE CONTEXTE D'ÉCRITURE, J'AI ENTENDU DES LOUANGES SUR L'ESPRIT DE LIBERTÉ ENGENDRE PAR LES HÉRITIERS DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE SUR LE CROIRE DÉVELOPPÉ PAR LES DIFFÉRENTES ORDONNANCES ÉLABORÉ SUR LA PENSÉE, LE TRAVAIL ET LA CAPACITÉ D'INTÉGRATION DE LA POLITIQUE FRANÇAISE SUR LES DIFFÉRENTES VISIONS DE CES PEUPLES VOISINS ET ÉLOIGNÉS: EN FRANCE, NOTRE MÉCONNAISSANCE SUR LES INSTITUTIONS VOISINES NOUS FONT POINTER SUR NOS MALADRESSES SUR L'INTÉGRATION MÊME D'UNE COHABITATION INTERNATIONAL. EN FRANCE, TOUT EST AU PIED DE LA LETTRE ET DANS UNE LANGUE DE CHAT APPÂTEZ SUR L'ASPECT MÊME DU BOIS. NOTRE INCAPACITÉ A COHABITER SANS Y METTRE UNE IRONIE SUR LA FORCE ET L'HONNEUR FONT DE NOUS DE PIÈTRE MÉDIATEUR DANS L'OMBRE ET LA POUSSIÈRE: JE M'INCLUS CAR JE VOIS UNE JEUNESSE FRANÇAISE ÉTABLI SUR L'OBÉISSANCE ET SANS ATTRAIT DE LA MODERNITÉ ET DE L'IMPERTINENCE...

L'EDUCATION NATIONALE SOUS LES REGARDS D'UNE JUSTICE OBÉISSANTE SUR L'ASPECT DE BIEN ET DE MAL AVORTE LE CARACTERE MÊME D'UNE JEUNESSE EN RECHERCHE DE PRINCIPES TEL QUE L'ON VÉCU L'ACADÉMIE DE ROUSSEAU ET DE VOLTAIRE. L'IMPERTINENCE DE LA JEUNESSE EST AINSI AVORTE PAR UNE JEUNE ICÔNE QUI A TOUJOURS ÉTÉ BIEN PLACE DANS LES JUPES D'UNE HAUTE MAGISTRATURE APEURER D'UNE OUVERTURE D'ESPRIT SUR L'ASPECT MÊME DU JUDICIAIRE: LES MAGISTRATS SONT ENCHAINES AU REGARD DU PRÉSIDENT ET LE REGARD SUR LA LÉGION D'HONNEUR ET SUR SON HISTOIRE RENDENT FLOU UN FAIT: LES LUMIÈRES SE SONT ÉPANOUIS SOUS LOUIS XV EN AURAIT IL DE MÊME SOUS LE REGARD DE LA COMMUNAUTÉ DE LA LÉGION D'HONNEUR ET DU CODE CIVIL ?

JE DOUTE QUE CE GENRES D'INTERROGATIONS SE POSENT SUR LES HÉRITIERS DE LA LÉGION D'HONNEUR QUI N'EST PAS LE MÊME REGARD PORTE PAR LES DIFFÉRENTES CLASSES DE LA POPULATION FRANÇAISE. JE NE DÉPLORE PAS LE FAIT QUE LA LÉGION D'HONNEUR EST UNE RECONNAISSANCE DU MÉRITE ET DE L'HONNEUR DE LA FRANCE ENVERS DES CITOYENS DE TOUS HORIZONS CE QUE JE DÉPLORE S'EST QU'ELLE SOIT DEVENUE UNE SORTE DE CLASSE ET PIRE POUR CERTAINS, ELLE EST DEVENU UN DÎNER DE CON OU UNE SECTE...

UN ORCHESTRE AVEC DES CHEFS D'ORCHESTRES ET FINALEMENT LE DÉSORDRE FUT REMPLACE PAR LA DISCORDE;
J'ENTENDS NAPOLÉON CRIAIT VERS SES GROGNARDS : "BON DIEU, CES PETITS CONS QUI SE PRENNENT POUR DES GENIES... J'AI RENVERSÉ LE CONSULAT ET LE DIRECTOIRE POUR MOINS QUE CELA... SI J'ÉTAIS LA EN 2017, JE POURRAI DIRE QUE LES CHOSES SERAIT BIEN DIFFERENTES AUTANT AU NIVEAU DE LA MANCHE ET DES PYRAMIDES... MOI, MES PETITS, J'ÉTAIS DANS UN CLIMAT DE GUERRE CONTRE LES ANGLAIS... J'AVAIS MON AMBITION, CELLE DE VOULOIR ÉTABLIR DES CARTES SUR LA CONSCIENCE HUMAINE: J'AI CONNU L'AMERTUME SANS RENIER MON AMBITION ET MON ÉCLIPTIQUE COURSE DU SOLEIL DANS UNE RÉVOLUTION RÉELLE AU CONTRAIRE DE CES MIELLEUX DE 2017... O GRANDE MUETTE, TU SAIS MON CHEVAL CONTRE UN CHAR. JE PLEURE DE LA HAUT, MES GROGNARDS ET MES FEMMES... CONSCIENCES DES FRANCE, POUVAIT T'ON AINSI FAIRE DÉSHONORER MES CASTES, MES EMPREINTES ET MA POUSSIÈRE PAR UN TEL FRELUQUET ET UN AMER GOUVERNEMENT N'AYANT AUCUNE BASE EN UN SOLSTICE D'HIVER ET D'ÉTÉ EN BASE D'AGRICULTURE ET D'ASTRONOMIE."

OUI JUSTICE DE FRANCE ET PEUPLE DES FRANÇAISES ET DES FRANÇAIS CONSTRUCTEURS DU MONDE, JE VOUS PARLERAI ALORS QUE VOUS DÉSIGNEZ UNE ROUTE EN FORME DE MARCHE... UN NOUVEAU MARIAGE ET VOILA ENCORE ET ENCORE LE MÊME SYMBOLISME SUR LE RETARD FRANÇAIS EN TERME D'EUROPÉEN: EN TERME DE COUPLE, LA FRANCE EST RETARDÉE SUR LA PLUPART DES PAYS MODERNE... NOUS CROYONS AINSI ÊTRE ET N'EST PAS DU TOUT CE QUE L'ON VOUDRAI CROIRE...

EN ESPAGNE TOUT COMME AU ROYAUME UNI, ANDORRE MONACO ET AUTRES PAYS EUROPÉENS. UNE FEMME PEUT MONTER SUR LE TRÔNE DE LA DEMOCRATIE... UN LÉGER SOUPIR ME VIENT DANS MA GORGE, JE N'EN CROIS PAS MES YEUX LORSQUE DES ARISTOCRATES ET DES DÉTENTEURS DE LA LÉGIONS D'HONNEUR QUE JAMAIS LA FRANCE N'AURA DE FEMMES DANS UN ASPECT DE SYMBOLE D'AUTORITÉ EN FAISANT RÉFÉRENCE AUX LOIS SALIQUES...

VRAIMENT JUSTICE DE FRANCE ET PARLEMENTAIRES DE FRANCE AINSI QUE VOS PRÉSIDENTS, NAPOLÉON ET LES LUMIÈRES SE DISENT QUE SI IL Y A DES JUSTES DANS VOS RANGS, ILS NE POURRONT MASQUER L'IGNORANCE ET LE GANGRÈNE D'UNE MAJORITÉ DES ROBES FÉMININES ET MASCULINES DES ÉCHAFAUDAGES DE LA CATHÉDRALE DE NOTRE DAME OU DE LA DIVERSITÉ FRANÇAISE SUR L'ASPECT DE LA GEOGRAPHIE , DE L'HISTOIRE ET DE L'ÉVOLUTION HUMAINE....

ÉCRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

Voir le profil de l'utilisateur
SECOURISME: CERTITUDE, SOLITUDE, APPARENCE ET POUVOIR

http://leclandesmouettes.bbflash.net/t382-secourisme-certitude-solitude-apparence-et-pouvoir
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t375-secourisme-certitude-solitude-apparence-et-pouvoir
http://orkhidion-velamen.forumactif.com/t92-secourisme-certitude-solitude-apparence-et-pouvoir
http://le-rien-la-nudite.forumactif.com/t92-secourisme-certitude-solitude-apparence-et-pouvoir

LE PRINCIPE DE TEMPS.

NOUS LIONS LE TEMPS à LA DÉCOMPOSITION SUR LE FAIT QUE CELLE CI ÉTABLI UNE DURÉE AUTRE
QUE SOLAIRE. REGARDONS EN EXAMINANT QU'UN RAYON SE DÉCOMPOSE MAIS NE MEURT PAS.
LA DÉFINITION QUE NOUS DONNONS AU RAYON DE SOLEIL MEURT MAIS SA COMPOSITION
SE DÉCOMPOSE TEL UN PUZZLE ET S’ÉVAPORE DANS UNE FORME DE NOUVELLE COMPOSITION:
CELA EST L'INFINIMENT GRAND...

ET LE PETIT, LES IONS, PROTONS, ÉLECTRONS SE SONT EUX LES RÉELS ACTEURS DE LA
COMPOSITION D'UNE MOLÉCULE. ON S’APERÇOIT QUE CE MONDE Là RESSEMBLENT PLUS
à UNE ÉROSION QU'UNE DÉCOMPOSITION. APERCEVOIR LA VISION DE MESURE NE DONNE PAS LE
TEMPS CAR LA GRAVITE N'EST PAS UNE MESURE DE TEMPS MAIS DE FORCE.

LE TEMPS EST UNE POÉSIE à GÉOMÉTRIE VARIABLE ET EN CELA TOUS, LES ASPECTS
DE LA MOLÉCULE Y SONT SOUMIS PAR DES GÉOMÉTRIES VARIABLES QUI DANS
LEURS DÉFINITIONS PROPRES SONT INVARIABLE; LE TEMPS N'EST IMAGINAIRE CAR IL
EST ÉTABLI DANS UNE STRUCTURE QUI L'A ÉTABLI...

SORTEZ VOS PLUMEAUX, MESDAMES ET MESSIEURS. LES ÉTABLIES ET ÉTABLIS
DE LA SOCIÉTÉ HUMAINE ET NATURELLE DE LA PSYCHOSE à LA RÊVERIE... LE TEMPS S'EST
L'ESSENCE MÊME DE LA STRUCTURE QUI SE TRANSFORME EN DES STRUCTURES...
LE TEMPS N'EST PAS MESURE DE L'INSTANT MAIS L'INSTANT EST MESURE DU TEMPS:
AINSI EST L'ASPECT DU TRAVAIL DANS LA NATURE HUMAINE: ALORS OUI, LE TRAVAIL DEVIENT
UN DIALECTE DU TEMPS ET DANS CETTE MESURE, ON S’APERÇOIT QUE LE TRAVAILLEUR
EST TOUT COMME LES MOLÉCULES: UNIQUE, UNIVERSELLE ET DYNAMIQUE DU
MOUVEMENT PRÉNOMMÉE L’ÉVOLUTION.

LE TEMPS CERTES N'EST PAS UNE ÉVOLUTION MAIS IL FAIT PARTIE DE CES DÉFINITIONS
QUI CONNAISSENT LE MIEUX LA STRUCTURE MULTIPLE DE LA CONNAISSANCE. IL EST
UNE AIGUILLE QUI PERMET DE DISTINGUES LE POIDS D'UNE ROCHE SPATIAL D'UNE PIERRE
TERRESTRE TOUT NE POUVANT RÉSOUDRE LE CONCEPT RÉEL DU FAIT:

LA MÉTAPHORE DE LA CHOSE EST ELLE LA MÉTAMORPHOSE DE LA DÉFINITION ?

OUI, JE PEUX RÉPONDRE

ALORS ET AINSI:

La cataphore est un procédé fondamental qui participe à la cohérence d'un texte.

LA MÉTAPHORE DE LA CHOSE EST LA MÉTAMORPHOSE DE LA DÉFINITION: LE TEMPS !

ECRIT DE
TAY
La chouette effraie
ALIAS
CITOYEN TIGNARD YANIS

http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouettes
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/f1-la-cinquieme-republique
http://orkhidion-velamen.forumactif.com/f1-votre-1er-forum
http://le-rien-la-nudite.forumactif.com/t92-secourisme-certitude-solitude-apparence-et-pouvoir

LE REGARD MULTIPLE ET DIVISIBLE DE L'ÉVOLUTION HUMAINE INDIVISIBLE
PAR LE SECOURISME ET LA CHARITÉ DEVANT L’ADVERSITÉ DU TOUJOURS !
PAR LE CITOYEN TIGNARD YANIS

Voir le profil de l'utilisateur
TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS
MON INTUITION M'APPELLE À SÉCURISER TOUTES LES INSTITUTIONS SPATIALES SI LES TERRORISTES S'EN PRENNENT À L'ANTIQUE: ILS ATTAQUERONT ARIANE.

TARDIGRADA, MÉDECINS DE L’HUMANITÉ, LES ARBRES ET Y'BECCA
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t378-tardigrada-medecins-de-lhumanite-les-arbres-et-y-becca …
The Tree of Life Web Project (ToL)
http://tolweb.org/tree/phylogeny.html …

DANS CERTAINS DÉTAILS DU NOUVEAU PLAN DU TRAVAIL, C'EST DE PERMETTRE AUX DÉMISSIONS
DE POUVOIR INTÉGRER LE PLUS RAPIDEMENT LE POLE EMPLOI. Y

LES ORDONNANCES SONT COMME DES ORIGINES ET DES OMBRES: JE PARLE DU CARACTÈRE MÉDICAL
DE LA SANTÉ QUI NE DOIT PAS ENTRAVER L'AUTONOMIE. TAY

CERTAINES FEMMES EN AMÉRIQUE DU SUD VEULENT CHANGER D'APPARENCE
ET SONT GRAVEMENT MUTILÉS PAR DES BOUCHERS: LUTTONS CONTRE CETTE MAFIA. TAY

Polizei NRW K‏Compte certifié @polizei_nrw_k 19 hil y a 19 heures
Plus
#PolizeiNRW #Koeln #Leverkusen: Polizei hält Flugschüler sicher auf Kurs -
Infos unter http://url.nrw/17k0649

Eran Minhar‏ @tsadock 6 juin
Plus
רואים את הכריך הזה? חמוד וטעים. זהו סנדוויץ׳ נקניק, אבל הוא שמור בתוך שרף אקרילי משמר ומוצג במוזיאון.
למה? מה מיוחד כל כך בכריך הזה?

Ivanka Trump‏Compte certifié @IvankaTrump 5 juin
Tomorrow AEI-Brookings releases their Paid Family Leave report. It’s time to make America great for working families

Geert Cappelaere‏ @gcappelaere 4 juin
Plus
In #Yemen: I met health workers racing against time to prevent cholera from killing more children.
#ChildrenUnderAttack #Cholera

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 12 hil y a 12 heures
PRUDENCE DES TRANSPORTS SCOLAIRES ET TOURISTIQUES, N'OUBLIONS PAS
QU'IL Y A EU DES ACCIDENTS TRÈS GRAVE AYANT DONNÉ LE DEUIL FAMILIALE: FEUX

LA SAISON DES INCENDIES ACCIDENTELS, NATURELS ET CERTAINS MALVEILLANT
SONT PROCHE: LA POLICE SURVEILLE ET LES POMPIERS SONT MAGISTRATURE. Y

LA PRUDENCE EST L'ASPECT LE PLUS GRAND QUE L'ON PUISSE DONNER
À SES PARENTS ET SES PROCHES. LES ENFANTS, ÉCOUTER LES CONSEILS
DE BISON FUTÉ

LES CONCEPT DE MALADIE GRAVE, SOYEZ À L'HEURE ET À L'ÉCOUTE
DE L'ENVIRONNEMENT ET DES ÉCHELLES DE SECOURS:
LA PRUDENCE CHASSE L'ANGOISSE. Y

LA NUIT SUCCOMBE AYANT LAISSÉ PLACE À UN LEVER DU SOLEIL FACE À L'ASPECT
DE ROTATION PLANÉTAIRE: LE MOUVEMENT EST ASPECT DE MATIÈRE. TAY

LES GRAINES ET LEURS CHAMPS ONT BÉNÉFICIÉ DE LA NUIT. LA RÉCOLTE DE BLÉ
ET DES DIFFÉRENTS CÉRÉALES SE JOUENT À PRÉSENT: LES AGRICULTEURS. Y

JE SUIS ÉMERVEILLÉ PAR L'ASPECT D'INFINI MAIS J'AI UNE ATTIRANCE
SUR LA CROISSANCE DE VIE QUI ELLE AUSSI EST ILLIMITÉE: LES PAYSAGES. TAY

L'HOMME EST UNE COMPOSANTE DE LA NATURE ET CE N'EST PAS L'HABITAT
DE L'HOMME QUI TUE LES RÈGLES ÉTABLIES MAIS SON CONFORT SUR L'AUTRE. TAY

ZARATHOUSTRA EST UNE DOUCE HISTOIRE QUE JE TROUVE AUSSI COMPLÈTE
QUE LE VICAIRE SAVOYARD: ON LES OPPOSENT ALORS QUE LA NATURE LES OBSERVE. Y

ON A TOUJOURS TENDANCE À OPPOSER ÊTRE ET AVOIR DANS LA GRAMMAIRE ET LE SENS;
DANS CERTAINES SITUATIONS, C'EST LE CAS. PRODUIRE EST JOUISSIF.

LE PLAISIR EST UN ATTRAIT PERSONNEL ET LA JOIE PEUT ÊTRE COLLECTIF:
LE DEUIL PEUT ÊTRE LES DEUX, ET DANS LE SENS, IL S'AGIT D'UN PARTAGE. Y

TOUJOURS EST UN SENS PORTÉ VERS L'INFINI, JE NE COMPRENDS PAS LA CRÉDULITÉ
DONNÉ À L'INFINITÉ: ON PRÉFÈRE L'IMMORTALITÉ QUI ELLE EST RESTÉE

L'IMMORTALITÉ EST UNE ESPÉRANCE MACABRE CAR FINALEMENT LA PERTINENCE
EST TOUJOURS RÉGIE PAR UNE AUTORITÉ. L'IMMORTALITÉ EST UN GLAS: RIEN. Y

L'IMMORTALITÉ VÉCU PAR ZARATHOUSTRA DANS AINSI PARLAIT NIETZSCHE
MONTRE UN HOMME QUI CROIT EN DIEU ET TOUT CE QUI EST AUTOUR N'Y CROIT +. Y

VOUS CROYEZ EN QUELQUE CHOSE ET TOUT AUTOUR DE VOUS PERSONNE N'Y CROIT;
ET DANS VOTRE MALHEUR, CE MONDE EST IMMORTEL ET AINSI: L'ENFER. TAY

L'ENFER S'EST PAS LA BRUTALITÉ VERBALE ET LA TORTURE PHYSIQUE; C'EST JUSTE QU'ON VOUS CROIT PAS ET AINSI D'ÊTRE PLACÉ DANS LA NÉGATION. TAY

L'ERMITE N'EST PAS UN ÉTRANGER DANS L'ENFER ET TOUT COMME DANS LE PARADIS,
IL EST JUGE DES CROYANCES. IL N'A RIEN OUBLIÉ, IL NE CROIT PAS. Y

L'ERMITE N'EST PAS UNE OMBRE ERRANTE DANS LA RÊVERIES D'ENFER ET DE PARADIS.
IL N'EST PAS SOUMIS AUX RÈGLES DE VIE: IL EST LIÉ À L'EXPANSION

AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA ET JÉSUS SUR LA VIE DANS LES ÉTHIQUES ET
LES ÉTOILES LES NOMMANT TEL DES DIEUX LIÉS À UNE GRAVITÉ ET UN MYSTÈRE.

CERTAINS VEULENT RÉSOUDRE PAR DES ASSASSINATS EN INVOQUANT LA CONSCIENCE
ET LA RESPONSABILITÉ. ALORS, J'AI BRANDIT LA VERGE CONTRE EUX. TAY

LE MALHEUR DE NOTRE MONDE S'EST QUE LE DOMINANT N'EST PAS UN ESPRIT
MAIS UNE BIOLOGIE COMME CHEZ LES INSECTES: MAIS EUX RESPECTENT LA SURVIE

ATHÉNA, LA SOCIÉTÉ EST LIBRE DE PENSÉE ET DE CROIRE DANS LA LAÏCITÉ MAIS
POURTANT LA TERREUR EST REVENU MALGRÉ NOS COURAGES ET ESPÉRANCES. Y

LA PRUDENCE ET LA SAGESSE SERONT NOS PREMIERS REMPARTS. DEVANT LA BARBARIE,
NOUS RÉPONDRONS PAR LA RIPOSTE ET LA DÉFINITION: LA LAÏCITÉ. TAY

LE DEVOIR EST UNE PRIORITÉ DE LA CONSTITUTION CAR ELLE DONNE UNE GRANDE FORME
AU SECOURISME SANS L'ABORDER. AINSI EST L'ABSTRAIT...

LE DEVOIR L'EMPORTE SUR L'ORDONNANCE CAR LE SECOURISME EST UNE URGENCE
PLUS GRANDE QUE L’INTÉRÊT. BASE DE LA CONSTITUTION

JOURNÉE DU 7 JUIN 2017 POUR LE CITOYEN TIGNARD YANIS

Voir le profil de l'utilisateur
L'Anti-Œdipe est le premier des deux volumes ayant pour sous-titre Capitalisme et schizophrénie (le second sera Mille Plateaux) dans la collaboration entre le philosophe Gilles Deleuze et le philosophe et psychanalyste Félix Guattari1.

Thèmes

« Le parallélisme Marx-Freud reste tout à fait stérile et indifférent, mettant en scène des termes qui s'intériorisent ou projettent l'un dans l'autre sans cesser d'être étrangers, comme dans cette fameuse équation argent = merde. En vérité, la production sociale est uniquement la production désirante elle-même dans des conditions déterminées. »

— L'Anti-Œdipe

L'Anti-Œdipe, publié en 1972, se donne pour tâche de revenir sur l'erreur que constitue selon les auteurs le désir conçu comme manque (« l'inconscient n'est pas un théâtre2, mais une usine, une machine à produire »), et postule que ce n'est pas la folie qui doit être réduite à l'ordre en général, mais au contraire le monde moderne en général ou l'ensemble du champ social qui doivent être interprétés aussi en fonction de la singularité du fou (« l'inconscient ne délire pas sur papa-maman, il délire sur les races, les tribus, les continents, l'histoire et la géographie, toujours un champ social »). Selon les auteurs, seul le désir — ou la dimension de l'événement que montre le désir — garantit la libre configuration des singularités et des forces en mesure de mettre l'histoire en mouvement.

L'amour des enfants pour leur mère répète d'autres amours d'adultes, à l'égard d'autres femmes.

Deleuze et Guattari critiquent la réduction de l'inconscient au champ familial auquel ils donnent le nom de « familialisme ». La psychanalyse a mis au jour un concept intéressant, l'inconscient, mais l'a rabattu sur le petit cercle familial et le triangle enfant-papa-maman. Aussi les pensées et le comportement de l'enfant sont-ils interprétés comme marquant son lien avec ses parents. Or l'inconscient ou l'imaginaire de l'enfant porte sur le monde et les groupes sociaux, les identités qui le constituent. Ce n'est donc pas la façon dont l'enfant voit le monde qui doit être interprétée en fonction de son attachement affectif à ses parents mais le rapport affectif à ses parents qui est la traduction de son délire propre sur le champ social. Plus clairement, pour Deleuze et Guattari,

« ce qui est refoulé par l'enfant, c'est l'inconscient du père et de la mère en lui, et les difficultés du jeune adulte ne sont que les ratés de la tentative de donner une expression et un contenu autonomes à sa propre subjectivité. Comme Le Deuxième Sexe (Simone de Beauvoir), nous ne sommes pas nés ce que nous devenons ; du jour où nous luttons pour notre libération, ce devenir n'est pas une imposition mais une construction, de l'art. »

— Anne Querrien, « Les cartes et les ritournelles d'une panthère arc-en-ciel », Multitudes, no 34, automne 2008, p. 1093
Situation et controverses

Une généalogie culturelle et intellectuelle qui, depuis Freud et l'expansion de la psychanalyse, de Reich (La fonction de l'orgasme) à Marcuse (Eros et civilisation) en passant par Foucault (Histoire de la folie à l'âge classique), l'antipsychiatrie (La politique de l'expérience de Laing) ou encore Lawrence (Eros et les chiens) et Miller (Hamlet), aboutit à l'Anti-Œdipe. Il fait partie des œuvres qui, à l'instar de quelques contemporains (Foucault4, Lyotard, Baudrillard), amenèrent à reconsidérer la question du pouvoir5, notamment celle de savoir comment le pouvoir répressif peut être reconduit par les opprimés6. Livre philosophique important de la conjoncture Mai 68, il eut un écho retentissant notamment chez des auteurs redécouverts aujourd'hui par la pensée queer7, comme Hocquenghem (Le désir homosexuel)8 ou Wittig (La pensée straight), ou encore chez les autonomes italiens des années 70, comme Bifo (Radio Alice, Radio libre)9.
Rapports à la psychanalyse

Ce livre a eu peu d'estime des psychanalystes, majoritairement hostiles à son endroit10[réf. insuffisante]. Selon Didier Eribon, ce livre est « une critique de la normativité psychanalytique et de l’Œdipe » et « une mise en question dévastatrice de l'œdipinianisme »11.

Gilles Deleuze s'en prend surtout au travail de Jacques Lacan. « S’agit-il seulement d’œdipianiser même le schizo ? ou ne s’agit-il d’autre chose, et même du contraire ? Schizophréniser, schizophréniser le champ de l’inconscient12 ». « C’est tout cet envers de la structure que Lacan découvre avec le « a » comme machine, et le « A » comme sexe non humain : schizophréniser le champ analytique, au lieu d’œdipianiser le champ psychotique. »
Pistes de lecture
Le Réel et son artifice

Selon l'Anti-Œdipe, l'individu pratique ne saurait constituer un point de départ (pas plus que les structures) dans l'ordre de la connaissance et de la praxis historique : il faut le voir comme le résultat de la répression sociale, c'est-à-dire de la structuration des forces actives de l'inconscient dans les formes historiques de l'homme et du monde ; ou, si l'on veut, comme l'effet d' un processus d'enregistrement social des formes fluides de la vie pulsionnelle, qui donne naissance simultanément à l'individu, à la famille, à la structure économique, au mode-de-production, etc. Si l'individu et la structure se font vis-à-vis dans un rapport spéculaire infini, c'est sur fond de cet enregistrement répressif ou, mieux, de cette structuration qui est le fondement matériel de tous nos systèmes de représentation. Mais cette structuration homme/monde n'est pas une illusion de la conscience, une couche idéologique qui se superposerait au réel en le déformant : elle est réelle, elle est du réel : les individus et le monde, les forces de travail et le capital, le sujet et la structure existent réellement dans une matérialité institutionnelle irréductible toute animée d'énergie13. C'est sur ce champ réactif de l'histoire que se constitue la conscience scientifique et la représentation.
« Tout est politique »

« On nous objecte qu'en soustrayant le désir au manque et à la loi, nous ne pouvons plus invoquer qu'un état de nature, un désir qui serait réalité naturelle et spontanée. Nous disons tout au contraire : il n'y a de désir qu'agencé ou machiné. Vous ne pouvez pas saisir ou concevoir un désir hors d'un agencement déterminé, sur un plan qui ne préexiste pas, mais qui doit lui-même être construit. Que chacun, groupe ou individu, construise le plan d'immanence où il mène sa vie et son entreprise, c'est la seule affaire importante. Hors de ces conditions, vous manquez en effet de quelque chose, mais vous manquez précisément des conditions qui rendent un désir possible. »

— Gilles Deleuze et Claire Parnet, Dialogues

Ce constructionnisme définit typiquement le mouvement « schizoanalytique »14 que les auteurs proposent contre le psychanalytique (« œdipien ») : le « schizoanalyste »15 vise la « chaosmose » comme bain de jouissance atteignable par n'importe qui et respectant la puissance de tous, ce que Jean Oury appelle dans le cadre de sa pratique psychiatrique « eutopie », production du bien-être non comme norme mais comme recherche de chacun, à partir de sa propre assise entre tous, comme constitution par chacun de son propre milieu16.
« Je sens que je deviens autre, donc j'étais, c'était donc moi ! »

Comment inventer ou réinventer les puissances du singulier dans toute vie, au-delà de ses qualités particulières, sans les fondre dans une masse indifférenciée ? Comment croire au monde comme source de ces mouvements inédits qui traversent les villes et nos manières de les habiter ? C'est là le problème de la minorité comme puissance du peuple à venir chez Kafka ; c'est aussi la question melvillienne d'un espace dynamique où les singularités peuvent se composer comme dans un « mur de pierres libres, non cimentées, où chaque élément vaut pour lui-même et pourtant par rapport aux autres : isolats et relations flottantes, îles et entre-îles, points mobiles et lignes sinueuses... » (Deleuze, Critique et clinique). C’est ce droit au mouvement que Deleuze et Guattari cherchent à introduire dans le concept même du politique et de la « dignité démocratique ». Et c’est peut-être à travers la lecture deleuzienne de Spinoza qu’on peut trouver des éléments d’une conception « immanentiste » de la démocratie qui porte sur les potentiae et leurs rapports à la parole libre, et non sur le contrat et une vérité d’État (comme chez Hobbes). D’où une politique du « virtuel17 et non du seul possible, qui ouvrirait le sens même du politique à une expérimentation irréductible :

« [...] je crois au secret, c'est-à-dire à la puissance du faux, plutôt qu'aux récits qui témoignent d'une déplorable croyance en exactitude et vérité. [...] mes rapports avec les pédés, les alcooliques ou les drogués, qu'est-ce qu'ils ont à faire ici, si j'obtiens sur moi des effets analogues aux leurs par d'autres moyens ? L'intéressant n'est pas de savoir si je profite de quoi que ce soit, mais s'il y a des gens qui font telle ou telle chose dans leur coin, moi dans le mien, et s'il y a des rencontres possibles, des hasards, des cas fortuits, et pas des alignements, des ralliements, toute cette merde où chacun est censé être la mauvaise conscience et le correcteur de l'autre. [...] Le problème n'a jamais consisté dans la nature de tel ou tel groupe exclusif, mais dans des relations transversales où les effets produits par telle ou telle chose (homosexualité, drogue, etc.) peuvent toujours être produites par d'autres moyens. Contre ceux qui pensent "je suis ceci, je suis cela", et qui pensent encore ainsi de manière psychanalytique (référence à leur enfance ou à leur destin), il faut penser en termes incertains, improbables : je ne sais pas ce que je suis, tant de recherches ou d'essais nécessaires, non-narcissiques, non-œdipiens – aucun pédé ne pourra jamais dire avec certitude "je suis pédé". Le problème n'est pas celui d'être ceci ou cela dans l'homme, mais plutôt d'un devenir inhumain, d'un devenir universel animal : non pas se prendre pour une bête, mais défaire l'organisation humaine du corps, traverser telle ou telle zone d'intensité du corps, chacun découvrant les zones qui sont les siennes, et les groupes, les populations, les espèces qui les habitent. »

— Gilles Deleuze, « Lettre à un critique sévère » dans Pourparlers, p.21-22
Citations : sur le sexe non humain

En chantier

« Au contraire, l'inconscient moléculaire ignore la castration, parce que les objets partiels ne manquent de rien et forment en tant que tels des produits des flux, au lieu de les refouler dans une même coupure unique capable de les tarir ; parce que les synthèses constituent des connexions locale et non-spécifiques, des disjonctions inclusives, des conjonctions nomades : partout une trans-sexualité microscopique, qui fait que la femme contient autant d'hommes que l'homme, et l'homme de femmes, capables d'entrer les uns avec les autres, les unes avec les autres, dans des rapports de production de désir qui bouleversent l'ordre statistique des sexes. Faire l'amour n'est pas faire qu'un, ni même deux, mais faire cent mille. C'est cela, les machines désirantes ou le sexe non humain : non pas un ni même deux, mais n... sexes. La schizo-analyse est l'analyse variable des n... sexes dans un sujet, par-delà la représentation anthropomorphique que la société lui impose et qu'il se donne lui même de sa propre sexualité. La formule schizo-analytique de la révolution désirante sera d'abord : à chacun ses sexes. »

— L'Anti-Œdipe, p.351-352

« Le narrateur continue sa propre affaire, jusqu'à la patrie inconnue, la terre inconnue que, seule, crée sa propre œuvre en marche, la Recherche du temps perdu "in progress", fonctionnant comme machine désirante capable de recueillir et de traiter tous les indices. Il va vers ces nouvelles régions où les connexions sont toujours partielles et non personnelles, les conjonctions, nomades et polyvoques les disjonctions incluses, où l'homosexualité et l'hétérosexualité ne peuvent plus se distinguer : monde des communications transversales, où le sexe non humain enfin conquis se confond avec les fleurs, terre nouvelle où le désir fonctionne d'après ses éléments et ses flux moléculaires. »

— L'Anti-Œdipe, p.380-381
Nombreuses références

L'Anti-Œdipe, se démarquant fortement d'autres théories, notamment des idées psychanalytiques freudienne et post-freudiennes18, n'en fait pas moins référence à de nombreuses conceptions le précédant. Cet ouvrage se caractérise ainsi par un grand nombre de références philosophiques ou littéraires, parmi lesquelles, outre celles citées ci-avant :

les textes d'Antonin Artaud
la litterature de Marcel Proust
de l'anthropologue Claude Lévi-Strauss
la philosophie d'Emmanuel Kant
de Friedrich Nietzsche
la biologie moléculaire de Jacques Monod
la linguistique de Louis Hjelmslev
ou encore Maurice Clavel
l'œuvre de Jacques Lacan
de Karl Marx
de Serge Leclaire, etc.

Table des matières

Chapitre I : Les machines désirantes.

1. La production désirante – 2. Le corps sans organes – 3. Le sujet et la jouissance – 4. Psychiatrie matérialiste – 5. Les machines – 6. Le tout et les parties

Chapitre II : Psychanalyse et familialisme, la sainte famille.

1. L'impéralisme d'Œdipe – 2. Trois textes de Freud – 3. La synthèse connective de production – 4. La synthèse disjonctive d’enregistrement – 5. La synthèse conjonctive de consommation – 6. Récapitulation des trois synthèses – 7. Répression et refoulement – 8. Névrose et psychose – 9. Le processus

Chapitre III : Sauvages, barbares, civilisés.

1. Socius inscripteur – 2. La machine territoriale primitive – 3. Problème d'Œdipe – 4. Psychanalyse et ethnologie – 5. La représentation territoriale – 6. La machine despotique barbare – 7. La représentation barbare ou impériale – 8. L'Urstaat – 9. La machine capitaliste civilisée – 10. La représentation capitaliste – 11. Œdipe enfin

Chapitre IV : Introduction à la schizo-analyse.

1. Le champ social – 2. L'inconscient moléculaire – 3. Psychanalyse et capitalisme – 4. Première tâche positive de la schizo-analyse – 5. Seconde tâche positive

Index des noms propres
Appendice : Bilan-programme pour machine désirantes

Bibliographie et sitographie complémentaires

Gilles Deleuze, cours à Vincennes le 16/11/1971 autour de L'Anti-Œdipe et Mille Plateaux [lire en ligne [archive]]
Atelier de création radiophonique de France Culture : « Délire et désir. Sur L'Anti-Œdipe de Deleuze et Guattari », 1972 [lire en ligne [archive]] [MP3]
Alain Finkielkraut, Philosophie et Engagement, Tricorne, 1993 : une lecture critique de l'œuvre de Deleuze et Guattari.
Frédéric Neyrat, Surexposés, Paris, Léo Scheer, coll. « Lignes & Manifeste », 2005, 509 p. (ISBN 2-84938-025-3)
Stéphane Nadaud, Manuel à l'usage de ceux qui veulent réussir leur [anti]œdipe, Paris, Fayard, 2006, 321 p. (ISBN 2-213-62237-X)
(en) Martin Fuglsang, Bent Meier Sørensen (eds), Deleuze and the Social, Edinburgh University Press, 2006, 256 p. (ISBN 0748620931)
Nicolas Cornibert et Jean-Christophe Goddard (dir.), Ateliers sur l'Anti-Œdipe, Genève, MētisPresses & Mimesis, 2008, 302 p. (ISBN 978-2-940406-03-6) (Compte-rendu des ateliers du 2 et 3 décembre 2005 sur L’Anti-Œdipe à l'université de Poitiers [archive])
Jean-Philippe Cazier, « Freud, Deleuze, Guattari », Nessie, no 2, 2009 [lire en ligne [archive]] [PDF]
Guillaume Sibertin-Blanc, Deleuze et l'Anti-Œdipe. La production du désir, Paris, PUF, coll. « Philosophies », 2010, 160 p. (ISBN 978-2130569015)
Florent Gabarron-Garcia, « L'Anti-Œdipe, un enfant fait par Deleuze-Guattari dans le dos de Lacan, père du "Sinthome" », Chimères, no 72, 2010 [lire en ligne [archive]]

Notes et références

↑ Les écrits préparatoires de ce dernier ont été rassemblés et agencés par Stéphane Nadaud pour leur publication posthume en 2004. Cf. Félix Guattari, Écrits pour l'anti-œdipe, Paris, Léo Scheer, coll. « Lignes & Manifeste », 2004, 509 p. (ISBN 2-84938-023-7)
↑ Voir Complexe d'Œdipe.
↑ [lire en ligne [archive]]
↑ Deleuze ne cessa jamais de s'intéresser au travail de Foucault. Voir la lettre « Désir et plaisir » [archive] qu'il lui adressa en 1977, relevant leur approche différente de la question du désir.
↑ Voir François Châtelet, Évelyne Pisier-Kouchner, Les conceptions politiques du XXe siècle, Paris, P.U.F., coll. « Thémis », 1981, 1088 p., chapitre V : L'État en question.
↑ Voir la préface de Michel Foucault à la traduction américaine de L'Anti-Œdipe (1977) [archive]
↑ Voir les Queer and Gender Studies
↑ Cf. Stéphane Nadaud, « Sodome ou Hocquenghem, fils de Vincennes... jusqu'à la mort », Chimères, no 69, 2008/2009 [lire en ligne [archive]]
↑ Voir la rétrolecture par Nicolas Weill, Le Monde, août 2008 [archive]
↑ Les thèses du livre ont été vivement combattues par des psychanalystes comme Janine Chasseguet-Smirgel, André Green et d'autres, pour qui ces thèses sont étrangères à la psychanalyse.
↑ Didier Eribon,Échapper à la psychanalyse, Éditions Léo Scheer, 2005, p. 14.
↑ [17][17] A. O, p. 62.. [archive], Cairn
↑ Voir Analyse institutionnelle. Et L'Idéal historique, no 14 de la revue Recherches (1974) de François Fourquet.
↑ [PDF] Voir « Les schizoanalyses » par Félix Guattari (1987) [archive]
↑ Si Félix Guattari peut postuler au titre de philosophe, Gilles Deleuze peut postuler à celui de thérapeute. Voir, sur le site de Caosmose [archive], « Deleuze, schizoanalyste » par Suely Rolnik.
↑ Voir Écosophie
↑ Voir John Rajchman, « Y a-t-il une intelligence du virtuel ? » in Gilles Deleuze, une vie philosophique, sous la direction de Éric Alliez, Les Empêcheurs de penser en rond, 1998, p. 403–420 ».
↑ Deleuze et Guattari affirment que le complexe d'Œdipe est un « familialisme », une création de la psychanalyse alliée au capitalisme, ce qui, selon Janine Chasseguet-Smirgel par exemple, est une solution pour en finir avec Freud et promouvoir une sorte d'« inconscient-usine », pour en finir avec la question « papa-maman » et que l'homme retrouve la puissance révolutionnaire du capitalisme (Janine Chasseguet-Smirgel & Bela Grunberger, Freud ou Reich : psychanalyse et illusion, Ed. Tchou, 1976). A contrario, pour Stéphane Nadaud, il s'agirait plutôt, avec L'Anti-Œdipe, de chercher le chemin d'« une vie existentielle suffisamment pérenne pour permettre la fabrication d'une éthique » (Manuel à l'usage de ceux qui veulent réussir leur [anti]œdipe, Fayard, 2006, p. 126).

http://www.poesies.net/lamartinesaul.txt

Le phénix, ou phœnix (du grec ancien φοῖνιξ / phoînix, « rouge pourpre »), est un oiseau légendaire, doué d'une grande longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s'être consumé dans les flammes. Il symbolise ainsi les cycles de mort, de resurrection et de noblesse.

Georges Cuvier (1769-1832) voyait en lui le faisan doré (Chrysolophus pictus). Il a également été identifié aux oiseaux de paradis et aux flamants roses.

Des oiseaux fabuleux semblables au phénix se trouvent dans la mythologie persane sous l'appellation de Simurgh ou Rokh, chinoise sous le nom de Fenghuang, amérindienne avec Oiseau-tonnerre ou aborigène en Australie avec Oiseau Minka.

Il s'agit d'un oiseau fabuleux, originaire d'Arabie, et rattaché au culte du Soleil, dans l'ancienne Égypte, où il était vénéré. Selon les auteurs classiques grecs et latins, le phénix était une sorte d'aigle ; son plumage était splendide et se paraît de couleurs éclatantes. Caius Julius Solinus par exemple nous parle de son aspect dans son Polyhistor (chapitre 34)1.

« Là aussi naît le phénix, qui a la grandeur de l'aigle, la tête ornée de plumes formant un cône, des caroncules à la gorge, le cou rayonnant d'or, le reste du corps de couleur pourpre, si ce n'est la queue, qui est d'azur éclatant et semée de plumes incarnat. »

Il n'existait jamais qu'un seul phénix à la fois ; il vivait très longtemps : aucune tradition ne mentionne une existence inférieure à cinq cents ans.

Le phénix se reproduit lui-même : quand il sentait sa fin venir, il construisait un nid de branches aromatiques et d'encens, y mettait le feu et se consumait dans les flammes. Des cendres de ce bûcher surgissait le nouveau phénix.

Khôl ou עוף החול

Voir le profil de l'utilisateur
Le rêve est la forme sous laquelle toute créature vivante possède le droit au génie, à ses imaginations bizarres, à ses magnifiques extravagances...
— Jean Cocteau (extrait du Discours de réception à l'Académie française)

Le phénix perse
Kashi Ilkhanide avec phénix, Kashan, Iran, XIVe siècle, Doris Duke Foundation for Islamic Art.

L'idée de l'oiseau se confond avec celle de la légèreté, de l'essence des choses et des êtres. Les oiseaux dont il est question incarnent la pensée opposée à la matière, l'intériorité de l'homme, son « moi profond, son esprit ».

Un conte perse du XIIIe siècle écrit par le poète soufi Farid al-Din Attar de Nishapur, La Conférence des oiseaux, comprend 4 647 vers. C'est une épopée mystique où trente oiseaux sont à la recherche de leur Roi. Le récit commence par un discours de bienvenue qui constitue une fonction rituelle et magique associant la « huppe », un oiseau porteur d'une couronne, et les autres oiseaux, qui représentent une humanité en quête de connaissance. Aussitôt, la foule des oiseaux inquiets se rassemble et providentiellement la huppe se présente comme messagère. Elle exhorte les oiseaux à partir pour un voyage difficile qui les conduira à la cour de leur Roi, un oiseau fabuleux, le Simorg (ou Simurgh). Tous les oiseaux comprennent l'intérêt fondamental de cette entreprise. Cependant presque aussitôt, plus de dix mille d'entre eux s'excusent : ils sont, pour des raisons diverses, contents de leur sort ici-bas.

La huppe admoneste tout le monde, tranquillise les uns, encourage les autres et commence l'enseignement qui permettra à tous d'entreprendre le voyage. Ils doivent s'engager dans les sept vallées qui marqueront les degrés initiatiques de leur ascension spirituelle. Ces vallées magiques et mystiques sont les vallées de la recherche, de l'amour, de la connaissance, de l'indépendance, de l'union, de la stupeur et du dénouement. C'est après avoir franchi ces vallées, en un long voyage dont la durée comprend souvent une ou plusieurs vies pleines d'embûches, voyage où la grande majorité des oiseaux périront, que les rescapés se voient refuser — ultime épreuve — l'accès tant espéré au palais de leur roi : le Simorg…
Le phénix grec
Phénix ornant le mausolée Goblet d'Alviella (Belgique)

C'est le plus ancien après le "phénix" égyptien : le benou. La première mention du phénix se trouve dans un fragment énigmatique d'Hésiode :

« La corneille babillarde vit neuf générations d'hommes florissants de jeunesse ; le cerf vit quatre fois plus que la corneille ; le corbeau vieillit pendant trois âges de cerf ; le phénix vit neuf âges du corbeau et nous vivons dix âges de phénix, nous, Nymphes aux beaux cheveux, filles de Zeus armé de l'égide2. »

Hérodote est le premier à fournir quelques détails sur le mythe :

« On range aussi dans la même classe un autre oiseau qu'on appelle phénix. Je ne l'ai vu qu'en peinture ; on le voit rarement ; et, si l'on en croit les Héliopolitains, il ne se montre dans leur pays que tous les cinq cents ans, lorsque son père vient à mourir. S'il ressemble à son portrait, ses ailes sont en partie dorées et en partie rouges, et il est entièrement conforme à l'aigle quant à la figure et à la description détaillée. On en rapporte une particularité qui me paraît incroyable. Il part, disent les Égyptiens, d'Arabie, se rend au temple du Soleil avec le corps de son père, qu'il porte enveloppé dans de la myrrhe, et lui donne la sépulture dans ce temple. Voici de quelle manière : il fait avec de la myrrhe une masse en forme d'œuf, du poids qu'il se croit capable de porter, la soulève, et essaye si elle n'est pas trop pesante ; ensuite, lorsqu'il a fini ces essais, il creuse cet œuf, y introduit son père, puis il bouche l'ouverture avec de la myrrhe : cet œuf est alors de même poids que lorsque la masse était entière. Lorsqu'il l'a, dis-je, renfermé, il le porte en Égypte dans le temple du Soleil3. »

Hérodote, qui tire probablement ses informations d'Hécatée de Milet, considère donc le phénix comme un oiseau réel. Les Modernes le rapprochent du bénou égyptien : héron perché sur la pierre benben ou sur le saule sacré d'Héliopolis, le bénou est une manifestation des dieux solaires Rê et Osiris ; il est associé aussi au cycle sothiaque. Cependant, certains détails cités par Hérodote ne cadrent pas avec les conceptions égyptiennes : ainsi de l'apparition tous les 500 ans et de l'ensevelissement du père4. On a suggéré une mauvaise compréhension par Hérodote du symbole égyptien5 : il aurait interprété comme une filiation physique la relation entre le bénou et les divinités dont il est le bâ (manifestation temporaire)6. Selon d'autres, le phénix que décrit Hérodote n'aurait en réalité pas de rapport avec le bénou, mais serait la variante grecque du mythe oriental de l'oiseau du soleil ; ce phénix aurait symbolisé très tôt la « grande année », c'est-à-dire la durée nécessaire à un cycle équinoxial complet, et son association au cycle sothiaque serait postérieure7.
Le phénix dans la légende juive

Le Midrach Rabba8 rapporte que, lorsqu'Adam et Ève mangèrent de l'arbre de la connaissance, tous les animaux mangèrent eux aussi du fruit interdit et et que la mort fut décrétée pour eux tous, sauf un seul oiseau appelé Khôl (עוף החול) qui ne mangea pas de ce fruit. C'est pourquoi il vit éternellement. Et Rabbi Yanay explique que sa vie se déroule ainsi : il vit une période de mille ans au terme de laquelle un feu jaillit de son nid et le consume ne laissant plus qu'un œuf, et de cet œuf il grandit de nouveau.
Le phénix romain

Chez Ovide, Pline et Tacite, le phénix se décompose pour renaître ; chez Martial et Stace apparaît le thème du bûcher et de ses épices, par analogie avec les pratiques funéraires des Romains. L'effigie du phénix figure sur les monnaies de Trajan à Constantin Ier et ses fils.
Le phénix chrétien
Phénix renaissant de ses cendres, enluminure du Bestiaire d'Aberdeen
Phénix ornant un chapiteau, Abbaye aux Dames, Saintes, XIIe siècle.

Le Moyen Âge païen a vu en lui, à la suite de l'Empire romain, le symbole de la résurrection du Christ9. Cette interprétation chrétienne s'est largement inspirée du paganisme où le phénix a toujours correspondu à une notion cyclique immanente, à l'inverse de la transcendance chrétienne.

Clément de Rome, troisième évêque de Rome après saint Pierre10, avait parlé de cet oiseau au chapitre XXV de la Lettre aux Corinthiens11 qui lui est attribuée.

LE POINT DE VUE ORNITHOLOGIQUE

C. von Linné, dans sa classification des êtres vivants, évoque les créatures mythologiques telles que le troglodyte, le satyre, l'hydre, le phénix (Amoenitates academicae, 1763). Il dit de ce dernier : "Espèce d'oiseau dont il n'existe qu'un seul individu au monde, et qui, quand il est décrépit, renaît rajeuni, selon la légende, d'un bûcher de plantes aromatiques, pour revivre les temps heureux d'autrefois. En réalité, c'est le palmier-dattier, voir Kæmpf".12.
Héraldique
Phénix en héraldique

Le Phénix (ou phœnix), figure héraldique imaginaire, est un oiseau sur un bûcher en flammes. Il ressemble beaucoup à l'aigle héraldique et il est même parfois défini comme une de ses variantes. Il est représenté de face, tête de profil, ailes étendues, sur son bûcher, appelé « immortalité ».

Ci-contre les armes des Malet de Lussart : d'azur à un phénix sur son immortalité, regardant le soleil, le tout d'or, qui illustre bien la parenté avec l'aigle, réputé seul capable de regarder le soleil en face.

Un autre exemple du Phénix est le blason de la commune de Sermaize-les-Bains. Le Phénix est aussi l'emblème de villes américaines, comme San Francisco en Californie.
Le phénix dans la littérature
Semis de roses et phénix (mosaïque)

Parmi de nombreux autres auteurs anciens, Tacite en parle dans ses Annales (6,28) et Solin le mentionne (38, 1), à la suite de Pline l'Ancien. Le Carmen de ave phœnice, attribué à Lactance est l'un des poèmes les plus riches sur cet oiseau fabuleux, et le dernier de l'Antiquité avec celui de Claudien. À la Renaissance, Rabelais le mentionne dans Le Cinquième Livre (V, 29, Comment nous visitasmes le pays de Satin) :

« J’y vy quatorze Phœnix. J’avois leu en divers autheurs qui n’en estoit qu’un en tout le monde, pour un age ; mais, selon mon petit jugement, ceux qui en ont escrit n’en veirent onques ailleurs qu’au pays de tapisserie, voire fut-ce Lactance Firmian. »

Guillaume du Bartas lui consacre un long développement dans le Cinquième Jour de La Sepmaine ou la Création du monde (v. 551-598) :

« Le celeste Phœnix commença son ouvrage
Par le Phœnix terrestre, ornant d'un tel plumage
Ses membres revivans que l'annuel flambeau
De Cairan jusqu'en Fez ne void rien de plus beau. »

Au XVIIIe siècle, le phénix alimente l'imaginaire de plusieurs auteurs de récits fantastiques ou merveilleux. On le trouve par exemple dans le conte philosophique de Voltaire, La Princesse de Babylone.

Un ouvrage de Mary Summer Rain se rapporte également au phénix : « L'envol du Phénix. No-Eyes parle des changements à venir ». Récit retraçant les visions partagées entre la vieille guérisseuse Chippewa aveugle No-Eyes et la jeune Summer Rain. Le récit se situe en 1982-1983, il évoque des changements planétaires : effondrement économique, catastrophes naturelles, divers accidents, agitation sociale, révoltes. Cependant, le point culminant sera « la venue de l'Âge de la Paix » et « la renaissance de l'Arbre Sacré » dans le Grand Cercle des Nations, quand le Phénix ressuscité planera en paix au-dessus de la Terre.

J. K. Rowling, dans son best-seller Harry Potter, fait d'un phénix nommé Fumseck, le compagnon du professeur Dumbledore. Une plume de cet animal a servi à la fabrication des baguettes de Harry et Voldemort, son rival. L'"Ordre du Phénix" (tome 5) fait référence à des distinctions honorifiques en Allemagne et en Grèce.

Il apparaît aussi, entre beaucoup d'autres ouvrages, dans les livres illustrés par Jane Ray (en), Terre, Feu, Eau, Air et Contes Mythologiques. .
Étymologie

Le terme grec φοῖνιξ / phoînix possède plusieurs sens : l'oiseau lui-même, mais aussi la couleur rouge13, le toponyme et l'ethnonyme « phénicien », le palmier-dattier14. Son étymologie reste encore mystérieuse : on a suggéré une origine égyptienne — le nom de l'oiseau bnu, prononcé *boin-, aurait été adapté en phoînix en grec — ou une origine sémitique, et plus particulièrement phénicienne, ou encore une origine grecque ("rouge sang").
Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

le phénix, sur Wikimedia Commons

Articles connexes

L'oiseau de feu des légendes russes ;
Le Phénix chinois (fenghuang) ;
Phénix, l'oiseau de feu, un manga d'Osamu Tezuka ;
Le phénix scène nationale Valenciennes, la scène nationale de Valenciennes ;
PHÉNIX, le groupe de Heavy Metal français ;
Phénix (nucléaire), le réacteur surgénérateur situé à Marcoule (Gard) ;
L'image de phénix se retrouve dans le manga Saint Seiya avec le personnage d'Ikki ;
Le personnage du manga One Piece, Marco, a pour capacité de se transformer en phénix ;
Phénix, une décoration grecque dont l'ordre a été fondé le 13 mai 1926.
Phénix (constellation) est une constellation de l'hémisphère sud.

Bibliographie

Moreau de Mautour, Essai sur les erreurs populaires, livre premier, 1731.
Louis Charbonneau-Lassay, Le Bestiaire du Christ, Milano, Arche, 1940.
Paul-Augustin Deproost, « Les métamorphoses du phénix dans le christianisme ancien », dans Folia Electronica Classica no 8 (juillet-décembre 2004) [lire en ligne [archive]]
Marcel Detienne, Les Jardins d'Adonis. La mythologie des aromates en Grèce, Gallimard, Paris, 1989 (1re édition 1972), p. 57-68.
Silvia Fabrizio-Costa (éd.), Phénix : mythe(s) et signe(s), Frankfurt, Peter Lang, 2001.
Laurence Gosserez, « Le phénix coloré (d'Hérodote à Ambroise de Milan) », Bulletin de l'association Guillaume Budé vol. 1 (2007), p. 94-117.
Laurence Gosserez, « La création du monde et le phénix » (Ovide, Métamorphoses, XV, 405 ; Ambroise, De Excessu fratris, II, 59), dans Ovide. Fifures de l'hybride. Illustrations littéraires et figurées de l'esthétique ovidienne à travers les âges. Études réunies par Hélène Casanova-Robin, Honoré Champion, Paris, 2009, p. 307 à 319.
Laurence Gosserez (dir.), Le Phénix et son Autre. Poétique d'un mythe des origines au XVIe siècle, avec la collaboration d'Hélène Casanova-Robin, Martine Dulaey, Françoise Lecocq, Lise Revol-Marzouk, Simone Viarre, Philippe Walter, PUR, Rennes, 2013.
Thomas P. Harrison, « Bird of Paradise: Phoenix Redivivus », dans Isis, vol. 51, no 2 (juin 1960), p. 173-180.
Jean Hubaux et Maxime Leroy, Le mythe du phénix dans les littératures grecque et latine, Liège et Paris, 1939.
Françoise Lecocq :
« L’empereur romain et le phénix », Phénix : mythe(s) et signe(s), éd. S. Fabrizio-Costa, Peter Lang, Berne, 2001, p. 27-56.
« Le renouveau du symbolisme du phénix au XXe s. », Présence de l’Antiquité grecque et romaine au XXe siècle, éd. R. Poignault, coll. Caesarodunum n° XXXIV-XXXV bis, 2001, p. 25-59.
« Les sources égyptiennes du mythe du phénix », L’Égypte à Rome, éd. F. Lecocq, Cahiers de la MRSH-Caen no 41, 2005, 2 ° éd. rev. et corr. 2008, p. 211-266.
« L’iconographie du phénix à Rome », Images de l’animal dans l’Antiquité. Des figures de l’animal au bestiaire figuré, Revue Schedae, 2009, no 6.1, en ligne [1] [archive], p. 73-106.
« L’œuf du phénix. Myrrhe, encens et cannelle dans le mythe du phénix », L’animal et le savoir, de l’Antiquité à la Renaissance, Revue Schedae, 2009, no 17.2, en ligne [2] [archive], p. 107-130.
« Le roman indien du phénix ou les variations romanesques du mythe du phénix », Présence du roman grec et latin, éd. R. Poignault, coll. Caesarodunum n° XL-XLI bis, Clermont-Ferrand, 2011, p. 405-429.
« Le phénix dans l'œuvre de Claudien : la fin d'un mythe. Pour une lecture politique du phénix : quelques arguments nouveaux », Claudien. Mythe, histoire et science, éd. F. Garambois-Vasquez, Presses universitaires de Saint-Étienne, coll. Antiquité. Mémoires du Centre Jean Palerne XXXVI, 2011, p. 113-157.
« Kinnamômon ornéon ou phénix ? L’oiseau, la viande et la cannelle », Prédateurs dans tous leurs états. Évolution, biodiversité, interactions, mythes, symboles, XXXIe Rencontre Internationale d'Archéologie et d'Histoire d’Antibes, éd. J.-P. Brugal, A. Gardeisen, A. Zucker, Éditions APDCA, Antibes, 2011, p. 409-420.
« Parfums et aromates dans le mythe du phénix », in Liber aureus. Mélanges d'antiquité et de contemporanéité offerts à Nicole Fick, éd. S. Laigneau-Fontaine et F. Poli, Nancy, ADRA, coll. Études anciennes 46 (diffusion Paris, De Boccard), 2012, 2 vol., 648 p., vol. I, p. 179-206.
« ‘Le sexe incertain du phénix’ : de la zoologie à la théologie », Le phénix et son autre : poétique d'un mythe des origines au XVIe s., éd. L. Gosserez, Presses universitaires de Rennes, coll. Interférences, 2013, p. 177-199, (ISBN 978-2-7535-2735-5)
« Caeneus auis unica (Ovide, Mét. 12, 532) est-il le phénix ? », Le phénix et son autre : poétique d'un mythe des origines au XVIe siècle, éd. L. Gosserez, Presses universitaires de Rennes, coll. Interférences, 2013, p. 201-210, (ISBN 978-2-7535-2735-5)
« L’oiseau Phénix de Lactance : uariatio et postérité (de Claudien au poème anglo-saxon The Phoenix », La uariatio : l’aventure d’un principe d’écriture, de l’Antiquité au XXIe siècle », éd. H. Vial, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 185-201, (ISBN 978-2-8124-1779-5)
« Y a-t-il un phénix dans la Bible ? À propos de Job 29:18, de Tertullien, De resurrectione carnis 13, et d'Ambroise, De excessu fratris 2, 59 », Kentron 30, 2014, p. 55-81.
« The Dark Phoenix : Rewriting an ancient Myth in Today's popular Culture », Ancient Myths in the Making of Culture, éd. M. Budzowska & J. Czerwinska, Peter Lang, Warsaw Studies in Classical Literature and Culture, 3, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, 2014, p. 341-354.
« Un bilan de la recherche contemporaine sur le mythe du phénix », Roda da fortuna 2015, 4/1, p. 257-273. http://media.wix.com/ugd/3fdd18_547a25199a384e0ab5f8a313098d4f09.pdf [archive]
« Inventing the Phoenix. A Myth in the making through Words and Images », in Animals in Greek and Roman Religion and Myth, éd. P. A. Johnston, A. Mastrocinque et S. Papaioannou, Cambridge Scholars Publishing, 2016, p. 449-478 (la version originale, sans les erreurs ajoutées par l'éditeur, est en ligne sur academia.edu et researchgate).
Roelof van den Broek, The Myth of the Phoenix according to Classical and Early Christian Tradition, Études préliminaires aux religions orientales dans l'Empire romain, vol. 24, Leyde, 1972.
Francesco Zambon, Alessandro Grossato, Il mito della fenice in Oriente e in Occidente, Venezia, Marsilio Editori, 2004.

Lien externe

« Le Phénix, ou la renaissance de l'esprit de fiction » [archive], conférence du philosophe Vincent Cespedes (Tunis, 2011). Vincent Cespedes est aussi l'auteur d'un jeu de tarots philosophique appelé Le Jeu du Phénix (Flammarion, 2011)15.

Notes et références

↑ Chapitre XXXIV, trad. pour la première fois en français par M. A. Agnant.
↑ Fragment 304 West = Plutarque, Sur la disparition des oracles (XI). Traduction citée par Paul-Augustin Deproost.
↑ Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne [archive]] (II, 72). Extrait de la traduction de Philippe Larcher, 1850.
↑ Arpád Miklós Nagy, « Le Phénix et l'oiseau-benu », actes du colloque international de Caen, p. 68 et suivantes. Cité par Gosserez, p. 96.
↑ Marialouise Walla, Der Vogel Phoenix in der antiken Literatur und der Dichtung des Laktanz, Vienne, 1969, p. 81-82. Cité par Gosserez, p. 97.
↑ Nagy, op. cit., p. 169. Cité par Gosserez, p. 97.
↑ Van den Broek, p. 119.
↑ Genèse Rabba Chapitre 19 Paragraphe 5
↑ « Les animaux fabuleux » [archive]
↑ selon Irénée, Adversus haereses, III, iii.
↑ Le symbolisme du Phénix sur Interbible. [archive]
↑ STIC, Université d'Angers, 2010, Carl von Linné [archive]
↑ « Dans le vocabulaire grec des couleurs, phoînix connote le rouge pourpre, un pourpre qui, en l'occurrence, tend vers l'or et signifie l'éclat lumineux le plus intense. » Marcel Detienne, Les Jardins d'Adonis, p. 58 (citant Louis Gernet). Cf. Hérodote, II, 73, qui décrit ainsi la couleur des plumes du phénix : « les unes sont couleur d'or, les autres d'un rouge vif ».
↑ Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999 (édition mise à jour), 1447 p. (ISBN 978-2-25203-277-0) à l'article φοῖνιξ, p. 1217-1219.
↑ Clip de présentation du Jeu du Phénix [archive]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:H%C3%A9raldique
https://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Cr%C3%A9atures_l%C3%A9gendaires
https://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Fantasy_et_fantastique

Voir le profil de l'utilisateur
Anthropologie structurale est un recueil d'articles de Claude Lévi-Strauss paru en 1958 (ISBN 2-266-13931-2).
Composition

I. Histoire et ethnologie (1949)

Langage et parenté

II. L'analyse structurale en linguistique et en anthropologie (1945)
III. Langage et société (1951)
IV. Linguistique et anthropologie (1952)
V. Postface aux chapitres III et IV (1956)

Organisation sociale

VI. La notion d'archaïsme en ethnologie (1952)
VII. Les structures sociales dans le Brésil central et oriental (1952)
VIII. Les organisations dualistes existent-elles ? (1956)

Magie et religion

IX. Le sorcier et sa magie (1949)
X. L'efficacité symbolique (1949)
XI. La Structure des mythes (1955)
XII. Structure et dialectique (1956)

Art

XIII. Le dédoublement de la représentation dans les arts de l'Asie et de l'Amérique (1945)
XIV. Le serpent au corps rempli de poissons (1947)

Problèmes de méthode et d'enseignement

XV. La notion de structure en ethnologie (1952)
XVI. Postface au chapitre XV (1956)
XVII. Place de l'anthropologie dans les sciences sociales et problèmes posés par son enseignement (1954)


L'ethnologue s'inscrit tout d'abord en rupture contre la plupart des écoles d'ethnologie religieuse existantes à l'époque, lesquelles selon lui considéraient de manière parcellaire et exclusive les faits de société que les mythes étaient réputés expliquer : sentiments et conflits humaines (école philosophique et psychologique), phénomènes naturels comme la météorologie ou l’astronomie (école symboliste), relations et organisation sociale (école sociologique)4. En outre, ces différentes tendances ou écoles avaient en commun de considérer le mythe comme un récit maladroit, archaïque et/ou naïf, qu’il s’agissait alors de traduire conceptuellement et de nettoyer de ses présupposés imaginaires : « De quelque manière qu'on envisage les mythes, ils semblent se réduire tous à un jeu gratuit, ou à une forme grossière de spéculation philosophique5 ».

Tous cela est bien sur relatif car

∞ (Unicode U+221E, \infty ∞ {\displaystyle \infty } \infty en LaTeX) est le symbole représentant l’infini. Il a été inventé par le mathématicien John Wallis en 1655 dans De sectionibus conicis1 (lit. des sections coniques), contemporain de Bernoulli.

Sa forme est similaire à la lemniscate de Bernoulli et à certaines configurations du ruban de Möbius. Une lemniscate est une courbe plane ayant la forme d'un 8, le terme vient du grec ancien λημνισκος par le latin lemiscus qui signifie justement ruban2.

Selon la police d'écriture et la fonte de caractères, ce symbole peut comporter des pleins et des déliés ou non, modifiant ainsi sa symétrie.

Une variante non fermée du symbole, plus du tout usitée dans la typographie, a été couramment utilisée au XVIIIe siècle, en particulier par Leonhard Euler3, qui l'appelle absolutus infinitus, par opposition à d'autres quantités infinies qu'il construit à partir de ce « nombre infini absolu » (comme son logarithme par exemple).

Le symbole de proportionnalité ∝ {\displaystyle \propto } \propto est également assez similaire.

L'avenir et l'évolution seront peut être dans le perpendiculaire ou dans le parallélisme d'une courbe, d'une lueur ou peut etre
l'aspect de rien dans l'infini nous sera visible ... le Mystère dans le proportionnel ou la magie devant le cartésianisme... ^

RAPPORT DE
Y'BECCA

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum