Le rien n'est pas arrivé là par hasard, il a forcément été créé. Vous connaissez-tous le proverbe: On n'a rien sans rien. Supposons que Dieu était là depuis toujours


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Monde du Silence, Le phare de Y'becca et Police la Coatie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

L'Homme arrête sa réflexion; il ouvre sa fenêtre
pour laisser l'air pénétrer la pièce...
Il laisse ses ides et idées, s'envoler et
s'évaporer devant un pot de fleur:
Il s’étend sur le parquet... L'homme
fixe le plafond et replonge dans le calme.

Une femme traverse son esprit
et puis un désir de reconquête enflamme
le cœur du déchu... Et puis alors le masculin
du désir s'éveille dans le ventre de cet homme,
qui devient "cette homme"

Le Clans des mouettes se prononce différemment
du Clan des mouettes... L'Homme pousse un profond
soupir et fixe l'Horloge... Un rendez vous est prévu
sur ce sens de l'aiguille entre le masculin et le féminin;
entre le pluriel et le singulier ainsi Tel le décrit Platon
dans la caverne; l'orthographe assimile l'hermaphrodisme
par le son et l’ambiguïté du temps...

Il lui reste dix minutes à se reposer... Puis deux ou même
trois minutes après, il décide de quitter son appartement...
Car, l'avance est une source de tranquillité... Il se reflete
dans un miroir qu'il appelle photographie; son ombre se mélange
à la substance créative de nuages. Fier d'avoir déjouer
pour un instant, la prophétie du cabinet noir et de l'Homme
pressé. Oui, il savoure d'avoir traversé les rives du Jourdain;

Un nouveau baptême enflamme son cœur. Il prie pour les ombres
et les vivants qui accompagne ces ombres. il décrit l'adversité
à venir mais celle ci n'est que soulagement devant le triomphe
de l'espérance Libérée... Le Testament n'est qu'un aspect
de son héritage; il laisse l'empreinte d'un art sur l'obscurantisme.
Dans le tréfonds d'un puit, il est l’âne qui est remonté de la
poussière qu'on lui jetait.

Une femme traverse son esprit
et puis un désir de reconquête enflamme
le cœur du déchu... Et puis alors le masculin
du désir s'éveille dans le ventre de cet homme,
qui devient "cette homme".

Souviens toi d'elle, cette douce vierge apeuré par le sang et la douleur
mais ivre de marcher et de courir, défiant l'Horizon de son arrogance.
elle est loin d'être morte dans le fait de grandir, devenue femme qu'elle
est une douleur qui ne s'estompe pas: celui du Siège. Oui, Marcher.
Souviens toi de toi, ce jeune libertaire qui voulait devenir
archéologue des pierres et qui devient comme
L’Anticonstitutionnellement. L'Inconstitutionnellement se mue en jalousie
et en prophétie antique sur le progrès et la persécution...

Moi, j'ai évolué dans une forme de sympathie ayant une forme de compassion;
ces paraphrases de discours sont les premières étapes qui conduisent les
hommes physiques vers l’exéma et qui les éloigne du sens de morale,
puis de pardon. La Constitution morale est tout comme une goutte d'eau.
Elle s’avère selon le caractère être une source d'océan et pour d'autres,
un chuchotement conduisant à la folie... Construite est ma conscience...

Ecrit de
Monsieur Tignard Yanis

Voir le profil de l'utilisateur
Historique

La légende raconte que, vers l'an 620, un ermite du nom de Cyprien s'installe dans une grotte de Fages dominant la Vallée de la Dordogne près du bourg3. Il a attiré d'autres religieux. Un monastère va se construire pour recevoir la communauté avec une église autour de son tombeau. Il ne reste rien des bâtiments du VIIe siècle. Peut-être la présence des Sarrasins, près de Beynac, pourrait expliquer des destructions de bâtiments. Aucun texte du VIIIe et IXe siècles ne cite le monastère.

Les invasions des Vikings, à partir de 848, a donné Saint-Cyprien à obligent les religieux à protéger l'abbaye par des remparts.

Le 15 août 1076, Arnaud, prévôt de l'église de Périgueux, donne Saint-Cyprien au prévôt de Saint-Sernin de Toulouse pour y introduire la réforme canoniale. Le 31 décembre, probablement de la même année, l'évêque de Périgueux, Guillaume de Montberon, confirme cette donation. Les moines adoptent la règle de saint Augustin. Entre 1073 et 1081, Archambaud, un des plus anciens chanoine de Saint-Cyprien est venu à l'abbaye de Moissac. Des confrères sont venus l'y voir et ont été impressionnés par la régularité apportée par la réforme clunisienne. Le moine Emenon et le prévôt Arnaud ont demandé au chapitre d'adopter la réforme clunisienne de l'abbaye de Moissac après l'accord de l'évêque de Périgueux. Cette affiliation ne s'est pas faite et les chanoines de Saint-Sernin de Toulouse ont envahi l'abbaye périgourdine, peut-être après leur expulsion de Toulouse par l'évêque Isarn. L'abbaye est restée liée à Saint-Sernin de Toulouse5.

Le monastère est affilié à l'abbaye de Chancelade au XIIe siècle. Le monastère devient va devenir un de ses prieurés. En février 1239, le prieur de Saint-Cyprien signe un acte passé entre Pierre de Gontaud et Guillaume de Biron.

Le clocher-donjon, ancienne tour de guet, a été construit au XIIe siècle. Il est percé de meurtrières avec des contreforts plats et des murs épais de près de 1,50 m.

Au Moyen Âge, l'abbaye de Saint-Cyprien est riche grâce à l'exploitation des terres des bords du fleuve. Installé à flanc de coteau, le bourg constitue un poste stratégique pour l'observation du trafic fluvial. Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux, devenu le pape Clément V, place l'abbaye sous sa juridiction.

L'église a dû être construite aux XIIIe-XIVe siècles.

Le bourg est ravagé par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans. En 1433, l'évêque de Sarlat, Bertrand de La Cropte, obtient le 24 avril 1431 du pape Eugène IV la permission de posséder plusieurs bénéfices en même temps en raison de la modicité des revenus de son évêché. Deux ans plus tard, par une bulle datée de Rome le 30 juin 1433, pour la même raison, il obtient la réunion à la mense épiscopale de Sarlat le prieuré conventuel de Saint-Cyprien dont les revenus avaient diminué à cause de la guerre. Cette réunion est confirmée en 14356.

L'église a eu à souffrir des affrontements entre catholiques et les protestants pendant les guerres de religion. L'église est incendiée en 1585 par les huguenots et sert d'arsenal. La nef est utilisée pour fondre des canons.

L'abbaye de Chancelade essaie de rénover la vie monastique de Saint-Cyprien en 1666. Le prieur Jacques Dunoyer entreprend de restaurer l'église en 1685. La nef est presque entièrement construite ainsi que la façade.

Un nouveau mobilier est placé dans l'église : 32 stalles placées dans le chœur, chaire, autel en marbre polychrome, autels latéraux et le buffet d'orgue. Les bâtiments monastiques composés d'un corps de logis et de deux ailes sont alors reconstruit à ses côtés.

Le clocher-donjon est raccordé à l'église avec le percement de l'oculus de l'horloge au XVIIe siècle.

Monseigneur Christophe de Beaumont, archevêque de Paris, est exilé par Louis XV au château de la Roque, à Meyrals, à la suite d'un désaccord avec des ordres religieux. Son cœur a été placé dans le deuxième pilier à droite de l'entrée.

L'abbaye Saint-Cyprien et son église sont déclarées bien national. La commune les rachètent en 1791 pour 8 125 francs. Les bâtiments monastiques vont accueillir au cours du temps un hospice, une bibliothèque, une salle populaire7.

Le prieur au moment de la Révolution est Joseph Prunis. Avant 1789, il était aussi censeur royal et historiographe de la province. Il a été nommé maire de Saint-Cyprien.

L'église est transformée en temple de la Raison en 1793, ont été saccagées pendant la Révolution. Elle sombre alors dans l'oubli.

En 1804, une religieuse chassée de son couvent en Flandres aurait apporté à l'abbaye Saint-Cyprien une épine provenant de la Couronne du Christ. Elle aurait été donnée par Louis IX au couvent flamand de cette religieuse. Cette relique a été volée en 1997.

L'église est classée Monument historique en 1841.

L'église est restaurée en 1862-1863 : la façade occidentale et les deux premières travées sont entièrement reconstruites.

En 1871, les bâtiments conventuels servent de magasin pour le tabac. Les communications entre le cloître et l'église sont obstruées.

L'église est déclassée en 1883 à la suite des travaux dans l'abbaye.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1923.

Le clocher se visite pendant les Journées du Patrimoine.
Orgue
L'orgue

Le buffet d'orgue date du XVIIe siècle, et a probablement été réalisé par un facteur de l'école toulousaine. Il possédait 8 jeux sur un seul clavier et un petit pédalier. Le buffet a été classé Monument historique en 19778.

À la demande de l'organiste André Isoir, l'orgue a été réaménagé en 1982 par le facteur Gerhard Grenzing avec 22 jeux, 3 claviers et pédalier. Il comprend9 :

Positif intérieur : 56 notes

Bourdon 8
Flûte à cheminée 4
Doublette 2
Larigot 1 1/3
Cymbale II
Trompette 8(*)

Grand orgue : 56 notes

Montre 8
Bourdon à cheminée 8
Prestant 4
Nazard 2 2/3
Quarte 2
Tierce 1 3/5
Fourniture V

Récit : 56 notes

Bourdon 8
Prestant 4
Cornet III
Hautbois 8

Pédalier :

Soubasse 16
Principal 8
Octave 4
Bombarde 16
Clairon 4(**)

NB :

(*) jeu provenant de l'ancien instrument
(**) chape libre
Accessoires : Accouplements à tiroir I/II et III/II - Tirasses I et II - Tremblant doux

Mobilier

Une grande partie de son remarquable mobilier intérieur des XVIIe et XVIIIe siècles : maîtres-autels10,11 et leurs statues en bois polychrome, stalles12, chaire13, est classé monument historique.

Folklore de Toulouse
et de la république Francaise

et

L’église Saint-Nicolas se situe dans le quartier animé de Saint-Cyprien sur la rive gauche de Toulouse.

Sommaire

1 Description
1.1 L’extérieur
1.2 L’intérieur
2 Notes et références
2.1 Voir aussi

Description
L’extérieur

Cette église, à l'origine du nom du quartier éponyme, est dédiée au saint patron « de tous ceux qui vont par eaux et craignent naufrage ». Un saint qui a dû être bien souvent sollicité dans un quartier tel que Saint-Cyprien, victime des crues annuelles de la Garonne, comme celle, tragique, de 1875.

Reconstruit en 1300 dans un style typique du gothique méridional, son clocher octogonal de style toulousain imite ceux de Saint-Sernin et de l’église des Jacobins : comme eux, il présente des baies géminées couvertes d’arcs en mitre. À noter les mirandes visibles sous la couverture de la nef qui indiquent la présence d’un chemin de ronde couvert.

Le portail s'ouvre, à la base du clocher, à la Grande rue Saint-Nicolas. Sur le tympan : un haut-relief classé comme groupe sculpté au titre des monuments historiques, représentant l'adoration des mages1.

Vue d'ensemble en 2008, avant restauration

Le portail

Le tympan : l'adoration des mages

L’intérieur

L'orgue : La partie instrumentale est exécutée entre 1845 et 1847 Daublaine et Callinet (atelier). Elle remplace un orgue qui est alors revendu à Théodore Puget. Il aurait été transféré à l'église de Seysses elle est classée au titre des monument historique2. La console, en fenêtre, comporte trois claviers manuels (grand orgue, 9 jeux ; positif, 6 jeux ; récit expressif, 9 jeux) et un pédalier droit à l'allemande (5 jeux). Elle a été faite par Daublaine André Marie et Callinet Louis en 1848, remaniée en 1857 par Emile Poirier et Nicolas Lieberknecht, facteurs installés à Toulouse après la faillite de la maison Daubliane et Callinet. Cette partie est classé au titre des monuments historiques3. Le buffet de style néo-gothique est constitué de d'un grand corps et d'un positif de dos factice à 2 tourelles; classé au titre des monuments historiques4.
L'intérieur
L'orgue

Notes et références

↑ PM31000909 [archive]
↑ PM31001456 [archive]
↑ PM31000997 [archive]
↑ PM31001457 [archive]


et quelques représentations politiques et de secourisme sur Y'becca à

La Cave Poésie
L’Histoire
partager le chiffre 0, source du principe de langage dans le temps !

Créée en 1968 par René Gouzenne et quelques amis amoureux du théâtre et de la poésie, la Cave Poésie a débuté par des créations du TUT (Théâtre Universitaire de Toulouse) et aussi par des actions de création, de formation et de diffusion de spectacles régionaux, la Fédération des œuvres laïques de la Haute-Garonne en était l’organisme de tutelle.



En 1977, la Cave Poésie René-Gouzenne poursuit son activité sous la forme d’une association loi 1901 autonome ; René Gouzenne en assurant jusqu’en 2007 la responsabilité de Directeur. L’association reste toujours affiliée à la Ligue de l’enseignement de la Haute Garonne. Dotée au départ d’une salle de spectacle en sous-sol, la Cave Poésie s’est progressivement « agrandie » par la création, au rez-de-chaussée, d’une salle d’accueil du public, avec un petit bar pour accroître la convivialité et les rencontres entre les spectateurs et les artistes. Ce foyer s’est transformé, en une deuxième salle de spectacle, plus particulièrement pour des concerts.



Au fil des années, la programmation a confirmé cette diversité, aussi bien en théâtre, musique, chanson, danse que poésie, toujours dans le désir de faire découvrir des artistes nouveaux. René Gouzenne est décédé en juillet 2007. Avant sa disparition, il a mis en place une équipe artistique constituée de Serge Pey, Clara Girard, Philippe Berthaut, Elisabeth Champierre-Vignat et Bruno Ruiz. Cette équipe a été mise en place afin d’assister Pierre Marty (administrateur jusqu’en mai 2013) puis Marc Marin jusqu’en mars 2015 et Yann Valade (actuel directeur de la Cave Poésie).


Monsieur Tignard Yanis

Voir le profil de l'utilisateur
L'Homme arrête sa réflexion; il ouvre sa fenêtre
pour laisser l'air pénétrer la pièce...
Il laisse ses ides et idées, s'envoler et
s'évaporer devant un pot de fleur:
Il s’étend sur le parquet... L'homme
fixe le plafond et replonge dans le calme.

Une femme traverse son esprit
et puis un désir de reconquête enflamme
le cœur du déchu... Et puis alors le masculin
du désir s'éveille dans le ventre de cet homme,
qui devient "cette homme"

Le Clans des mouettes se prononce différemment
du Clan des mouettes... L'Homme pousse un profond
soupir et fixe l'Horloge... Un rendez vous est prévu
sur ce sens de l'aiguille entre le masculin et le féminin;
entre le pluriel et le singulier ainsi Tel le décrit Platon
dans la caverne; l'orthographe assimile l'hermaphrodisme
par le son et l’ambiguïté du temps...

Il lui reste dix minutes à se reposer... Puis deux ou même
trois minutes après, il décide de quitter son appartement...
Car, l'avance est une source de tranquillité... Il se reflete
dans un miroir qu'il appelle photographie; son ombre se mélange
à la substance créative de nuages. Fier d'avoir déjouer
pour un instant, la prophétie du cabinet noir et de l'Homme
pressé. Oui, il savoure d'avoir traversé les rives du Jourdain;

Un nouveau baptême enflamme son cœur. Il prie pour les ombres
et les vivants qui accompagne ces ombres. il décrit l'adversité
à venir mais celle ci n'est que soulagement devant le triomphe
de l'espérance Libérée... Le Testament n'est qu'un aspect
de son héritage; il laisse l'empreinte d'un art sur l'obscurantisme.
Dans le tréfonds d'un puit, il est l’âne qui est remonté de la
poussière qu'on lui jetait.

Une femme traverse son esprit
et puis un désir de reconquête enflamme
le cœur du déchu... Et puis alors le masculin
du désir s'éveille dans le ventre de cet homme,
qui devient "cette homme".

Souviens toi d'elle, cette douce vierge apeuré par le sang et la douleur
mais ivre de marcher et de courir, défiant l'Horizon de son arrogance.
elle est loin d'être morte dans le fait de grandir, devenue femme qu'elle
est une douleur qui ne s'estompe pas: celui du Siège. Oui, Marcher.
Souviens toi de toi, ce jeune libertaire qui voulait devenir
archéologue des pierres et qui devient comme
L’Anticonstitutionnellement. L'Inconstitutionnellement se mue en jalousie
et en prophétie antique sur le progrès et la persécution...

Moi, j'ai évolué dans une forme de sympathie ayant une forme de compassion;
ces paraphrases de discours sont les premières étapes qui conduisent les
hommes physiques vers l’exéma et qui les éloigne du sens de morale,
puis de pardon. La Constitution morale est tout comme une goutte d'eau.
Elle s’avère selon le caractère être une source d'océan et pour d'autres,
un chuchotement conduisant à la folie... Construite est ma conscience...

Ecrit de
Monsieur Tignard Yanis

Voir le profil de l'utilisateur
Viols Femmes Info‏ @Violsfemmesinfo
Intervention d'Emmanuelle Piet chez @hrapharma : réalités des #violencessexuelles et violences faites aux #enfants en #France

@apollineWakeUp Beethoven - Symy No 5 | https://www.youtube.com/watch?v=OGnBrabqdP4 … Un Cabinet Noir, Monsieur Fillon. O par le secret des Dieux, ça existe. TAY

La misandrie (du grec ancien μῖσος / mîsos (« haine ») et ἀνήρ / anếr (« homme »)) est un trait de caractère qui se manifeste par un sentiment de mépris ou d'hostilité à l'égard des hommes. Il s'agit, comme son équivalent à l'égard des femmes (la misogynie), d'une forme de sexisme.

@Marion_M_Le_Pen America What Time is Love https://www.youtube.com/watch?v=9L4OnoEh2us … misandrie: μῖσος / mîsos « haine » et ἀνήρ / anếr « homme » Votre Masque.

@Marion_M_Le_Pen La misandrie (grec μῖσος / mîsos (« haine ») et ἀνήρ / anếr « homme ») équi à l'égard des femmes (la misogynie) La Tempête

HRA Pharma‏ @hrapharma 26 sept. 2016
Journée Mondiale de la #contraception: La contraception d’urgence, parlez-en à votre #pharmacien

Viols Femmes Info‏ @Violsfemmesinfo 10 mars
Intervention d'Emmanuelle Piet chez @hrapharma : réalités des #violencessexuelles et violences faites aux #enfants en #France

Oui, je dialogue avec la Petite fille du Dolmen

Étymologie

Le terme misanthropie vient du mot grec de même sens misanthrôpia, formé avec le mot grec anthrôpos, qui signifie homme au sens d'être humain (homme ou femme). Les auteurs du néologisme misandrie ont formé ce terme avec le radical (ἀνδρ-) du mot grec signifiant être humain de sexe masculin.

Le dictionnaire d'Oxford situe la naissance du néologisme vers la fin du XIXe siècle1. Toutefois, pour certains auteurs, misandry ne serait apparu dans les suppléments de l'Oxford English Dictionary qu'à la fin du XXe siècle2. En 1909, le Century Dictionary (publié à New York) publie dans un supplément consacré au nouveau vocabulaire la définition suivante : « Misandrie : la haine de l'homme, mauvaise opinion de l'homme, considéré comme injuste et oppresseur envers les femmes3 ». En France, le Grand Robert en situe l'apparition vers 1970. Il remplace dans ce dictionnaire à cette date le mot androphobie, qui était jusqu'alors utilisé4,5. Pour certains auteurs, ce dernier terme définit désormais la peur des hommes en tant que phobie morbide et non plus le mépris du genre masculin en tant qu'attitude sexiste6.
Études du concept

D'après David Gilmore7, le terme de « misandrie » serait un équivalent de « misogynie » pour définir la haine des hommes, mais il serait utilisé trop peu couramment pour en être le parfait lemme. Il lui préfère le néologisme « viriphobia » (néologisme hybride, mêlant le mot latin vir et le grec phobos), que Gilmore a lui-même inventé en 19977, et qui selon lui serait plus à même d'englober à la fois la haine et la peur de la masculinité hétérosexuelle, telles qu'exposées dans les ouvrages d'Andrea Dworkin, militante féministe radicale, ou des universitaires spécialisés sur les études de genre comme Raewyn Connell ou Miguel Vale de Almeida (en). Les idées d'Andrea Dworkin ont été également qualifiées d'« anti-mâle »8, notamment par la journaliste conservatrice et libertarienne9 Cathy Young.

Selon Francis Dupuis-Déri, le mot est utilisé dans la rhétorique de la « crise de la masculinité », discours « porteur d’une critique du féminisme et d’un refus de l’égalité entre les sexes. Ce discours sert aussi à justifier la (ré)affirmation d’une masculinité conventionnelle »10.

Les écrits de Nathanson et Young (une trilogie sur le thème de la misandrie11 écrite par deux professeurs de sciences des religions de l'université McGill12) expriment au contraire l'idée que la misandrie est le produit direct de la volonté de privilégier le point de vue féminin13. Cela engendrerait une baisse des interactions entre hommes et femmes dans le domaine social, ce qui deviendrait la norme14. Certains s'appuient sur ces écrits pour affirmer qu'à la fin du XXe siècle, la société s'est transformée, et est devenue notamment misandre15, notamment dans le domaine de la publicité et du cinéma/télévision16. En conséquence, la vision des femmes en tant que victimes de violences sexuelles (notamment au cinéma) serait plus misandre que misogyne17. Ces écrits ont également influencé une relecture du rôle joué par les hommes dans la fiction18.

Le sociologue australien Michael Flood (en) a toutefois minimisé le point de vue de Nathanson et Young, en affirmant que la misandrie ne pouvait pas être équivalente à la misogynie, selon lui, en raison de l'absence notamment du cadre historique, législatif ou institutionnel de ce dernier19. C'est également ce que souligne Gilmore : l'absence de réification justifie l'absence de terme unique définissant le concept7. De son côté, Anthony Synnott, professeur de sociologie qui se consacre à l'étude de la masculinité au XXIe siècle, définit le terme en fonction de plusieurs notions, notamment l'histoire et la loi. Pointant la trop grande invisibilité de cette notion, alors que les comportements associés sont culturellement acceptés, voire normalisés, il estime que la misogynie engendre la misandrie20. Il qualifie d'ailleurs les travaux de Nathanson et Young sur ce sujet de « majeurs »20.
Spécificités
Opposition au féminisme

La "haine des hommes" a été souvent invoquée comme moteur par les intellectuels critiques de certaines formes du féminisme. Certains[Qui ?] postulent que les féministes des années 1950 et 1960, rejetant la domination masculine de leur société, étaient regardées comme haïssant les hommes par ceux qui s'opposaient ou critiquaient leurs idées21. Toutefois, aucun terme précis n'était utilisé pour définir cette prétendue haine ; les femmes ainsi accusées se retrouvaient donc, tout au plus, qualifiées de man-hater dans les pays anglophones21,22. Mais, à la fin du XXe siècle, le SCUM Manifesto de Valerie Solanas, est qualifié en 1989 de « misandrie éhontée » (unabashed misandry)23. D'après Colette Pipon, prix Mnémosyne 2012, si le féminisme comporte une dimension misandre, celle-ci se limite aux mots ; elle n'est pas « constitutive du féminisme en tant qu'idéologie » car le féminisme n'est pas basé sur la haine de l'autre24,25.

L'idée de "revanche" envers les hommes est également un risque de dérive, qualifiée de misandre, du combat féministe26, risque relevé notamment par Élisabeth Badinter27. Diverses études de genre, consacrées à la littérature antique grecque28, au judaïsme29 ou à la psychanalyse30 font usage de ce terme depuis lors.

Au XXIe siècle, dans le monde anglophone, le terme misandry est dénoncé par certains milieux intellectuels, universitaires et/ou activistes, comme un moyen abusif qui permet de discréditer le point de vue féminin lors d'affaires traitant de l'égalité des sexes31 ; en 2013, la majorité des auteurs qui utilisent ce terme sont des hommes22. En revanche, la présidente de Ni putes ni soumises, Asma Guenifi, a estimé en 2013 que le discours de l'organisation Femen reposait sur la misandrie32, et d'autres s'inquiètent du fait que certains courants du féminisme, tout en cherchant à combattre le sexisme et les stéréotypes, puissent contribuer à en créer de nouvelles formes16. Toujours au XXIe siècle, une forme de « misandrie ironique » voit le jour dans les milieux féministes américains, afin de tourner en dérision les accusations de misandrie et cibler le discours anti-féministe33.
Autres mentions

En 1960, l'écrivain Barrington Kaye rapporte ce qu'il nomme « a tradition of misandry » dans le Guandong : les paysannes, fiancées jeunes et employées dans l'industrie de la sériculture, s'opposeraient au mariage et à la vie conjugale, préférant l'indépendance que leur donne leur travail34. Cette particularité locale est relevée à nouveau par Marjorie Topley en 1978, dans ses articles sur la société cantonaise, sans toutefois qu'elle n'assimile cette résistance au mariage à de la misandrie35.

Dans un autre ordre d'idée, une étude faite en Irlande et aux États-Unis sur les hommes infirmiers a également fait ressortir notamment des attitudes misandres de la part de leurs formateurs36.

Ce thème, tout comme la misogynie, est parfois repris dans la littérature de fiction37, par le cinéma38 ou la télévision39.
Annexes
Articles connexes

Double standard
Hominisme
Gynocratie
Masculinisme
Misogynie
Sexisme

Sources et bibliographie

(en) R. Howard Bloch et Frances Ferguson (directeur de collection), Misogyny, Misandry, and Misanthropy, Université de Californie, 1987, 235 p. (ISBN 9780520065468, lire en ligne [archive]).
(en) Judith Levine, My Enemy, My Love. Men-Hating and Ambivalence in Women’s Lives, Doubleday, 1992.
Élisabeth Badinter, Fausse route, Odile Jacob, Paris, 2003
Marcela Iacub et Hervé Le Bras, « Homo mulieri lupus », Les Temps modernes, no 623,‎ février 2003
Patrick Guillot, La misandrie. Histoire et actualité du sexisme anti-hommes, Lyon, Groupe d'étude sur les Sexismes, 2010
(en) Paul Nathanson et Katherine K.Young :
Spreading Misandry: Teaching Contempt for Men in Popular Culture, Université McGill/Queen's University, 2001
Legalizing Misandry: From Public Shame to Systemic Discrimination Against Men [archive], Université McGill/Queen's University, 2006
Sanctifying Misandry : Goddess Ideology and the Fall of Man [archive], Université McGill/Queen's University, 2010
Colette Pipon, Et on tuera tous les affreux : Le féminisme au risque de la misandrie (1970-1980), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Mnémosyne », 2013, 239 p.
Mémoire de master, université de Dijon - prix Mnémosyme
Pierre-André Taguieff, Des Putes et des Hommes : Vers un ordre moral androphobe, Paris, Ring, 2016

Notes et références

↑ (en) Misandry [archive] in Britsh & World Oxford Dictionary, Oxford University Press, 2013.
↑ (en) Kathleen Hall Jamieson, Beyond the Double Bind: Women and Leadership, Oxford University Press, 1995, 283 p. (ISBN 9780195089400, lire en ligne [archive]), p. 125.
↑ The Century Dictionary Online [archive], volume XII, p. 814.
↑ Marc-Alain Descamps, « Unir le masculin et le féminin », Imaginaire & Inconscient, L’Esprit du temps,‎ 2003 (DOI 10.3917/imin.010.0019, lire en ligne [archive] [PDF])
↑ Misandrie [archive] dans le dictionnaire du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
↑ Laurent Malterre, La Guerre des sexes, éditions L'Harmattan, 2009 (ISBN 2296076734, lire en ligne [archive]).
↑ a, b et c (en) David D. Gilmore, Misogyny: The Male Malady, Université de Pennsylvanie, 2001, 253 p. (ISBN 0812200322, lire en ligne [archive]), p. 12.
↑ (en) Cathy Young, Anti-feminist? Moi? [archive], The Y-Files, 24 novembre 2005, consulté le 9 avril 2013.
↑ (en) Cathy Young, Welcome to the website of writer and journalist Cathy Young [archive], The Y-Files, consulté le 9 avril 2013.
↑ Francis Dupuis-Déri, « Le discours de la « crise de la masculinité » comme refus de l'égalité entre les sexes : histoire d'une rhétorique antiféministe », Cahiers du Genre, L'Harmattan, vol. n° 52, no 1,‎ 1er mai 2012, p. 119-143 (ISBN 9782296965515, ISSN 1298-6046, DOI 10.3917/cdge.052.0119, résumé [archive])
↑ (en) Angela Upchurch, « The Bookshelf - review of Legalizing Misandry », Family Court Review (en), vol. 45, no 4,‎ octobre 2007, p. 657–660 (lire en ligne [archive]).
↑ The Second Annual Conference on Male Studies : Looking Forward to Solutions [archive],The Foundation for Male Studies (en), 2011.
↑ Paul Nathanson et Katherine K. Young, Spreading Misandry: Teaching Contempt for Men in Popular Culture, Université McGill/Queen's University, 2001
↑ (en) Jean Bethke Elshtain, Against the male stream - review of Legalizing Misandry [archive], The Times Literary Supplement, 30 mars 2007, consulté le 9 avril 2013.
↑ Gilles Guénette, « Le Mépris des hommes - première partie : la publicité », Le Québécois libre, no 99,‎ 2 mars 2002 (lire en ligne [archive])
↑ a et b Leslie Knight, « Enough With The Male-Bashing », Forbes,‎ 26 avril 2011 (lire en ligne [archive])
↑ Gilles Guénette, « Le Mépris des hommes - seconde partie : le cinéma », Le Québécois libre, no 100,‎ 16 mars 2002 (lire en ligne [archive])
↑ (en) Anthony Synnott, Re-Thinking Men : Heroes, Villains and Victims, Ashgate Publishing, Ltd., 2009, 297 pages p. (lire en ligne [archive]), chap. 4, p. 135 à 167.
↑ (en) Michael Flood, Judith Kargen Gardiner, Bob Pease et Keith Pringle (directeur de collection), International Encyclopedia of Men and Masculinities, New York, Routledge, 2007, 442 p. (ISBN 978-0-415-33343-6, lire en ligne [archive]), « Misandry ».
↑ a et b (en) Anthony Synnott, « Why Some People Have Issues With Men: Misandry », Psychology Today,‎ 6 octobre 2010 (lire en ligne [archive])
↑ a et b (en) Jenny Diski, « Oh, Andrea Dworkin », London Review of Books,‎ 6 septembre 2001 (lire en ligne [archive]).
↑ a et b (en) Merrill Perlman, « Sex-isms : Gender politics and their words », Columbia Journalism Review,‎ 23 septembre 2013 (lire en ligne [archive])
↑ (en) Alice Echols, Daring to be bad : radical feminism in America, 1967-1975, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1989, 416 p. (ISBN 978-0-816-61787-6 et 978-0-816-61786-9, OCLC 302010099), p. 104.
↑ Pipon 2013, p. 203
↑ Ludivine Bantigny, « Colette Pipon, Et on tuera tous les affreux. Le féminisme au risque de la misandrie (1970-1980) », Clio - Femmes, Genre, Histoire : "Objets et fabrication du genre", no 40,‎ 2014 (lire en ligne [archive])
↑ Claire Abrieux et Thibaud Zuppinger, « Féminisme, misogynie et misandrie dans la société contemporaine » [archive], sur Implications philosophiques,‎ 21 décembre 2009
↑ Élisabeth Badinter, XY, de l’identité masculine, Odile Jacob, 1992.
↑ (en) Froma I. Zeitlin (de l'université de Princeton), Patterns of Gender in Aeschylean Drama: Seven against Thebes and the Danaid Trilogy, Université de Californie à Berkeley, coll. « Cabinet of the Muses: Rosenmeyer Festschrift, Department of Classics », 4 janvier 1990 (lire en ligne [archive]).
↑ Harry Brod et Tamar Rudavsky (rédacteur), Gender and Judaism: The Transformation of Tradition, Université de New York, 1995, 330 p. (ISBN 0814774520, lire en ligne [archive]), chap. 19 (« Of Mices and Supermen : Images of Jewish Masculanity »).
↑ (en) Julie M. Thompson, Mommy Queerest: Contemporary Rhetorics of Lesbian Maternal Identity, Université du Massachusetts, 2002.
↑ (en) Amanda Marcotte, If Only We Could Talk About Abusing Women Like We Do Abusing Cats [archive], Raw Story (en), 25 mars 2013, consulté le 26 mars 2013.
↑ Asma Guenifi, Le discours des Femen repose sur la misandrie [archive], Newsring, 15 mars 2013, consulté le 26 mars 2013.
↑ Amanda Hess, « L'essor de la misandrie ironique », Slate,‎ 17 septembre 2014 (lire en ligne [archive])
↑ (en) Barrington Kaye, Upper Nankin Street Singapore, University of Malaya Press, 1960, 439 p. (lire en ligne [archive]), p. 232.
↑ (en) Marjorie Topley et Jean DeBernardi (directeur), Cantonese Society in Hong Kong and Singapore: Gender, Religion, Medicine and Money, Hong Kong University Press, septembre 2010 (lire en ligne [archive]), chap. 17 (« Marriage Resistance in Rural Kwangtung »).
↑ (en) Brian Keogh et Chad O'Lynn, « Male Nurses Experiences of Genders Barriers », Nurse Educator (en), Lippincott Williams & Wilkins, vol. 32, no 6,‎ novembre-décembre 2007, p. 256-259 (lire en ligne [archive] [PDF]).
↑ Rannveig Yeatman, Jean Levasseur et François-Xavier Eygun, La Misogynie et/ou la misandrie comme sources d'écritures d'expression française, Mount Saint Vincent University Press, 1992 (lire en ligne [archive])
↑ Philippe Roger, « Critique de "Demain on déménage" », Études, t. 400,‎ mai 2004 (lire en ligne [archive]).
↑ « Cécile Martely, un bel exemple de misandrie » [archive], sur Plus belle la vie,‎ 26 février 2013

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

misandrie, sur le Wiktionnaire

[masquer]
v · m
Discrimination
Formes générales

Âgisme Binarisme Caste Classisme Discrimination basée sur la couleur de peau (en) Discrimination génétique (en) Discrimination religieuse (en) Discrimination par la taille Discrimination selon l'apparence physique Glottophobie Racisme Sexisme Sexualisme Spécisme Suprémacisme Validisme

Sociale

Adultisme (en) Albinisme Anti-intellectualisme Antimaçonnisme Antisémitisme Anti-gauchers (en) Anti-intersexes (en) Athée-phobie Audisme Biphobie Capacitisme Discrimination basée sur la couleur de peau (en) Discrimination envers les personnes sans-abri (en) Discrimination envers les personnes de genre non-binaire Discrimination des personnes enceintes (en) Discrimination des porteurs du VIH Discrimination inverse (en) Éphébiphobie (en) Élitisme Exclusion sociale des personnes autistes Grossophobie Genrisme Gérontophobie (en) Haine ethnique (en) Hétéronormativité Hétérosexisme Homophobie Islamophobie Lesbophobie Misandrie Misogynie Népotisme Pédiophobie (en) Sectarianisme (en) Stigmatisation des personnes ayant la lèpre (en) Transmisogynie Transphobie Suprémacisme blanc Suprémacisme noir Xénophobie

Manifestations

Accusation de meurtre rituel contre les Juifs Chasse aux sorcières Conversion forcée Crime de haine Crime haineux des personnes handicapées (en) Dénigrement gay (en) Dénigrement trans Diffamation Discours de haine Discrimination à l'embauche Discrimination au logement Discrimination éducationnelle (en) Discrimination économique (en) Discrimination religieuse (en) Éliminationisme (en) Épuration Esclavagisme Gendercide (en) (Féminicide, Androcide) Génocide Génocide culturel Guerre ethnique Homeless dumping (en) Groupe de haine (en) Indian rolling (en) Lynchage Mortgage discrimination (en) Murder music Nettoyage ethnique Persécution Persécutions religieuses Plafond de verre Plaisanterie ethnique (en) Pogrom Scapegoating (en) Segregation academy (en) Ségrégation professionnelle (en) Sexisme de seconde génération (en) Slut-shaming Stérilisation contrainte Victimisation Violence contre la communauté LGBT White power music (en) Wife selling (en)

Politiques discriminatoires

Âge de candidature Bancs ghetto Disabilities (Catholics) (en) Degrés de sang Limpieza de sangre Apartheid Éthnocracie (en) Gérontocratie Gerrymandering Inégalités de revenus salariaux entre hommes et femmes Internement Jewish quota (en) Loi anti-sodomie Lois de Nuremberg Lois Jim Crow Maccarthysme Mariage homosexuel (lois et parutions l'interdisant) Men who have sex with men blood donor controversy (en) Numerus clausus One-drop rule (en) Quota ethnique Redlining Rôle de genre Ségrégation
déségrégation par l'âge raciale religieuse (en) sexuelle Ugly law (en) Voter suppression (en)

Contre-mesures

Assimilation culturelle Déségrégation Discrimination positive Droits de l'homme Droits des animaux Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes Empowerment Entraînement à la diversité (en) Ethno-différencialisme Féminisme Fighting Discrimination (en) Intégration Masculinisme Multiculturalisme Intégration raciale (en) Pluralisme culturel (en) Tolérance

Sujets associés

Allophilie Anthropocentrisme Assimilation Biais Bigoterie Data discrimination (en) Déshumanisation Diversité (en) Eugénisme Gauche régressive Intersectionnalité Intolérance religieuse Multiculturalisme Neurodiversité Oppression Pénalité ethnique (en) Politiquement correct Préjugé Privilège blanc (en) Privilège chrétien (en) Privilège masculin Racisme par pays (en) Snobisme Spécisme Stéréotypes Violence policière Zoophobie

Rapport de
Monsieur Tignard Yanis
ou
TAY
La chouette effraie

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum